Retraite : le Medef durcit ses propositions pour sauver l'Agirc et l'Arrco

le
0

L'organisation patronale entend mettre la pression sur les syndicats avant un nouveau round de négociation.

La tension risque de monter sur le dossier Agirc-Arrco sur les retraites complémentaires. Les discussions bilatérales devaient s'achever vendredi soir et une réunion de négociations, certes non conclusive, mais qui donnera le ton des débats, est prévue mercredi prochain au Medef.

L'objectif est d'arriver à un accord le 22 juin, même si des prolongations ne sont pas à exclure. En prévision de ce nouveau round de négociation, le patronat a concocté de nouvelles propositions pour prendre en compte l'aggravation de la situation des régimes.

Dans le détail, il proposerait dans un nouveau document remis aux syndicats des mesures d'urgence permettant quelque 2,3 milliards d'euros d'économies annuelles dès 2017, 8,3 milliards en 2020, 12,2 milliards en 2030 et 17,1 milliards en 2040. Dans ses premières propositions, le patronat tablait sur 7,1 milliards d'euros d'économies en 2020.

Parmi les mesures les plus radicales, le Medef préconiserait une décote définitive sur les pensions pour les départs avant 67 ans, des réversions plus tardives et la fin de la caisse des cadres. Dans le détail, ceux qui liquideraient leur retraite avant 67 ans subiraient des abattements définitifs (22 % pour un départ à 62 ans, 17 % à 63 ans, 12 % à 64 ans…). La mise en œuvre de ces mesures interviendrait dès 2017, pour la génération née en 1957, et non plus en 2019. Le temps presse pour les caisses de retraite, notamment celle des cadres dont les réserves seront purement et simplement épuisées en 2018, contre 2027 pour celle de l'Arrco.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant