Paris veut séduire des mécènes pour se rénover

le
2

Anne Hidalgo va proposer la création d’un fonds pour financer des projets culturels et d’urbanisme dans la capitale. Les dons permettront d’obtenir une déduction fiscale avantageuse.

Paris cherche des mécènes. La capitale s’apprête à lancer son «Fonds pour Paris» (FPP) afin de collecter de l’argent pour financer des projets culturels et architecturaux. Présenté en conseil municipal les 9 et 10 février prochains, ce fonds est un engagement de campagne de la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui souhaite développer les modes de financement innovants.

Avec une enveloppe d’un milliard d’euros dédiée à la rénovation de son patrimoine jusqu’en 2020, la Ville peine à entretenir son patrimoine immobilier et culturel conséquent. «Avec les futurs dons des mécènes nous serons plus forts» insiste le directeur de cabinet d’Anne Hidalgo, Mathias Vicherat. Aujourd’hui la Ville reçoit déjà des dons et des legs. L’idée du fonds vise à les centraliser pour rendre leur impact plus efficace. Paris a d’ailleurs du retard dans ce domaine. Marseille, Capitale de la culture européenne en 2013, a créé deux fonds dans le même esprit, l’un pour le patrimoine et l’autre pour l’art contemporain.

Donner un nouveau visage aux grandes places

Grâce à l’aide des mécènes, Anne Hildago souhaite notamment donner un nouveau visage aux grandes places parisiennes comme celle de la Bastille, de la Nation et de la Madeleine. Pour réaliser ces vastes chantiers qui ont un coût financier énorme (la rénovation de la place de la République a coûté 24 millions d’euros), la ville de Paris imagine de véritables partenariats: «les mécènes ne seront pas de simple rustines dans les projets», assure Mathias Vicherat.

Le nouveau fonds sera force de proposition dans les projets proposés aux donateurs privés, mais ces derniers seront «libres de proposer et de financer un projet qui leur tient à coeur», poursuit-il en précisant que le Fonds pour Paris sera néanmoins exigeant dans la sélection des dossiers et des candidats au mécénat. «Aucun dossier de candidat sulfureux ne sera accepté», prévient-il. Le montant de la contribution est libre.

Une déduction fiscale avantageuse

Les mécènes bénéficieront d’un système fiscal attractif. Les entreprises pourront déduire de leur impôt 60% sur la somme versée et les particuliers 66%. S’il est adopté par le conseil municipal, le fonds sera administré par un conseil d’administration de sept personnes: trois représentants de la Ville désignés par les élus municipaux, et quatre personnalités qualifiées désignées par Anne Hidalgo. Tous officieront bénévolement, à l’exception du directeur, nommé par le conseil d’administration, qui sera rémunéré par le fonds.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • md24750 le jeudi 5 fév 2015 à 09:12

    Delanausée a enlaidi Paris, l'âne Hidalgo va l'achever. BRAVO les socialopithèques.

  • grinchu1 le jeudi 5 fév 2015 à 09:11

    pas de coup de pouce particulier :fiscalité ordinaire pour ce genre d'affaires.