Objets d'art : les secteurs délaissés à prospecter

le
0
Que faire de ses objets ? (© Fotolia)
Que faire de ses objets ? (© Fotolia)
A conserver ou à supprimer

Sécurité : prémunissez-vous en prenant l’avis d’experts, d’antiquaires. 
Performance : difficilement appréciable. Elle dépend de l’objet, de sa qualité… 
Durée : il s’agit d’un placement plaisir. 
Liquidité : aléatoire. Dépend du marché, de la demande;
Fiscalité : exonération d’impôt sur la plus-value après vingt-deux ans de détention.

80 euros une miniature sur ivoire du XIXe siècle, 150 euros une louche en argent du XVIIIe siècle, 1 000 euros une sérigraphie de Niki de Saint Phalle, 1500 euros une commode en acajou d’époque Empire : nul besoin d’être millionnaire pour se faire plaisir en chinant. Quel que soit votre budget, vous pouvez vous constituer un «patrimoine» artistique dont la valeur marchande dépendra de sa qualité et des goûts du moment.

Un placement plaisir, avant tout

Il ne faut pas se faire d’illusion, tous les achats ne se valoriseront pas, tous les tableaux ne verront pas leur valeur se multiplier par dix, cinquante ou cent en quelques années. Vendre aujourd’hui  une très classique commode de XVIIIe siècle achetée 15 000 à 25 000 francs dans les années 1980 ne sera pas forcément synonyme de plus-value. Les acheteurs qui réalisent de confortables bénéfices sont ceux qui se sont intéressés à un artiste, une famille d’objets avant qu’ils ne soient ou ne reviennent à la mode

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant