Les Français ne se sont jamais aussi peu endettés

le , mis à jour le
3

L'an dernier, seuls 46,5% des ménages détenaient un crédit à la consommation ou immobilier, selon l'Observatoire des crédits aux ménages. Un niveau historiquement faible.

La tendance constatée ces six dernières années, s'est poursuivie en 2014. Malgré des taux historiquement bas, les Français ont continué à réduire leur recours au crédit (à la consommation et immobilier). Résultat, l'an dernier, seuls 46,5% d'entre eux détenaient un crédit (47,6% en 2013), selon l'Observatoire des Crédits aux ménages. Un niveau historiquement faible, jamais constaté par le passé par cet observatoire, créé en 1989! «Depuis 2008 (52,6% des Français détenaient alors un crédit), ce sont plus de 1,7 million de ménages qui sont sortis du marché du crédit», constate l'Observatoire.

Ces dernières années, les Français ont surtout réduit leur recours au crédit à la consommation. En 2014, seuls 25,6% en détenaient un (33,8% en 2008). Là aussi un niveau inconnu depuis 25 ans. Dans le détail, 5,1% possédaient une carte de magasin et 5,8% ont souscrit un crédit sur un lieu de vente. «L'ampleur du recul depuis six ans est impressionnant», constate Michel Mouillart, professeur d ‘économie et auteur de l'étude. «Les ménages sont très sensibles à la conjoncture macro-économique. Ils hésitent davantage à changer de voiture ou à acheter des nouveaux équipements électro-ménager», explique-t-il. Depuis six ans, les ménages utilisent surtout le crédit à la consommation pour financer l'achat de biens de consommation durable (voiture, électroménager, travaux d'amélioration du logement). Ils y ont nettement moins recours pour financer des dépenses de consommation courante ou des loisirs, comme c'était le cas à la fin des années 2000.

Le vote de la loi sur la consommation (Hamon) en février 2014, visant à mieux protéger les emprunteurs, a aussi pesé sur l'octroi de crédits à la consommation. Celle-ci prévoit notamment que si un client se voit proposer un crédit renouvelable, le prêteur devra lui faire une proposition de crédit amortissable pour lui permettre de comparer le coût final.

En revanche, l'an dernier, le nombre de particuliers détenant un crédit immobilier a très légèrement reculé: ils étaient 30,6 % en 2014, contre 31 % en 2013 et 31,3 % en 2008.

Depuis décembre, les Français sont nombreux à souscrire un crédit immobilier

Même si de nombreux emprunteurs ont renégocié depuis deux ans leur crédit immobilier, les ménages estimaient fin 2014 que le poids de leurs charges s'est alourdi. «La dégradation de l'environnement général ressentie par les ménages depuis quatre ans, explique pourquoi ceux qui recourent au crédit estiment que le poids des charges s'est alourdi», explique l'étude. Le ressenti des emprunteurs est donc surtout psychologique. D'autant que dans le même temps, plus de la moitié des sondés (51,8%) estiment que leur situation financière s'est stabilisée. «Le sentiment des emprunteurs s'améliore. Il s'agit peut-être d'une petite lueur d'espoir pour l'avenir», espère Michel Mouillart. Même si les ménages interrogés en novembre étaient peu nombreux à envisager de souscrire un crédit, 2015 pourrait finalement être meilleur que prévu. Le crédit à la consommation «frémit depuis l'été». Et les ménages ont été nombreux à souscrire un crédit immobilier en décembre. «L'ampleur a même surpris. Et contre toute attente, cette tendance s'est confirmée en janvier», note Michel Mouillart.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4375136 le jeudi 29 jan 2015 à 16:03

    Comme il y a plus de personnes âgées en France qu'avant, il est normal que leur emprunt soit purgé et donc que le pourcentage d'emprunteur baisse. En revanche ce qui serait intéressant de savoir c'est la masse empruntée car avec l'augmentation des prix immobiliers, elle a du fortement progressé.

  • M4375136 le jeudi 29 jan 2015 à 16:03

    Comme il y a plus de personnes âgées en France qu'avant, il est normal que leur emprunt soit purgé et donc que le pourcentage d'emprunteur baisse. En revanche ce qui serait intéressant de savoir c'est la masse empruntée car avec l'augmentation des prix immobiliers, elle a du fortement progressé.

  • marcsim5 le jeudi 29 jan 2015 à 15:29

    Pas besoin de rajouter de la dette privée au menu...