Les Européens se font de fausses idées sur les paiements à l'étranger

le
0

A l'étranger, les touristes hésitent entre espèces et carte bancaire. Mal informés des frais et des risques, ils ne tranchent pas toujours à bon escient, selon une étude réalisée par Visa.

Près de la moitié (48 %) des touristes européens pensent qu'il est plus coûteux de retirer des espèces aux distributeurs à l'étranger que de convertir son argent à l'aéroport, selon une étude réalisée pour Visa Europe par l'institut Populus dans 16 pays européens. Mais ils se trompent. Une récente étude de l'Institution Foward Thinking dans six pays a démontré l'inverse: retirer des espèces aux distributeurs à l'étranger, même si les banques prélèvent des frais, revient toujours moins cher que de convertir son argent au bureau de change de l'aéroport.

Autre surprise: loin de chez eux, la plupart des voyageurs (85 %) préfèrent payer en liquide plutôt que de sortir leur carte de paiement. Motif? Ils redoutent beaucoup plus la fraude que dans leur pays: seules 22 % des personnes interrogées dans cette étude estiment que les paiements par carte sont sécurisés à l'étranger. Elles sont même 47 % à convertir leur argent en devises étrangères avant de partir en vacances justement par crainte des utilisations frauduleuses de leur carte bancaire.

Peur de la fraude… ou de voir la carte refusée

Une idée reçue contre laquelle Visa Europe s'insurge. Pour elle, l'utilisation de la carte est aussi fiable à l'international qu'au niveau national. Et surtout, perdue ou volée, elle peut être remplacée, contrairement aux espèces. Pourtant, même les Français, d'ordinaire habitués à payer par carte, cèdent à ce travers. Alors qu'ils sont 83 % à préférer leur carte aux autres moyens de paiement pour leurs achats dans l'Hexagone, ils sont 42 % à opter pour les espèces à l'étranger.

Mais près de la moitié des voyageurs européens déclarent aussi convertir leur argent avant de partir en voyage par crainte de voir la carte refusée à l'étranger, même si ce mode de paiement est répandu dans 200 pays. «A tort, la plupart des Européens pensent que leur carte de paiement ne sera pas acceptée au Cambodge (86 %), au Maroc (65 %) ou en Argentine (53 %)» explique Visa.

Le gestionnaire de cartes bancaires remarque aussi que, curieusement, certains touristes semblent corréler l'acceptation de la carte à la langue parlée dans le pays qu'ils vont visiter. Les Espagnols auront par exemple davantage tendance à croire que leur carte de paiement de paiement sera acceptée en Argentine.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant