Les conséquences de l'affaire Volkswagen pour les actionnaires

le
0

Depuis octobre 2015, Volkswagen subit les conséquences commerciales et financières du scandale du logiciel truqueur installé sur certains de ses véhicules diesel. Incontestablement, cette affaire va coûter cher aux actionnaires du constructeur automobile allemand.

Un scandale à l'échelle mondiale
Un scandale à l'échelle mondiale

Les conséquences sur les comptes

En 2015, Volkswagen avait réalisé 10,5 milliards d'euros de bénéfices. Cet automne, le nouveau management vient d'annoncer une provision de 6,5 milliards d'euros pour couvrir les dépenses liées au scandale. Mais le rappel des véhicules diesel truqués n'a pas encore commencé et les experts financiers prévoient déjà que cette provision pourrait ne pas suffire.

Rien qu'avec le coût du rappel des 11 millions de moteurs truqués dans le monde, le résultat opérationnel pourrait baisser de 10 milliards d'euros en 2016, plongeant les comptes de Volkswagen dans le rouge.

A ces pertes s'ajouteront les futures pénalités infligées au constructeur. Certains analystes comme Exane les estiment à 25 milliards d'euros d'ici à 2017 :

  • - 10 milliards d'euros d'amende probable aux États-Unis ;
  • - 15 milliards d'euros dans l'Union européenne.


Enfin, l'impact du scandale des moteurs diesel est très négatif sur l'image de Volkswagen. Les ventes de la marque – et des autres marques du groupe – devraient baisser entre 3 et 5% selon les experts de Deutsche Bank, soit une chute de l'ordre de 10 milliards d'euros du chiffre d'affaires de 2016.

Les conséquences sur la solidité financière

Depuis le jour de l'annonce du scandale, la stabilité financière de Volkswagen est mise à mal. Le cours de bourse à Francfort a chuté de 40% et certains actionnaires ont ainsi perdu une bonne partie de leur capital investi dans Volkswagen.

Malgré cela, la trésorerie de Volkswagen affiche un niveau solide de 21 milliards d'euros. C'est un élément essentiel pour que les agences de notation maintiennent leur notation de crédit. Pour les convaincre, le nouveau PDG du groupe Matthias Müller a lancé un plan de réduction des dépenses sur 3 ans :

  • - 5 milliards d'euros sur les dépenses opérationnelles ;
  • - 20 milliards d'euros sur les investissements d'ici à 2018.


En cas de besoin, Volkswagen pourrait se résigner à mettre en vente une partie de ses actifs, parmi lesquels quelques magnifiques marques automobiles.

Selon les informations de Der Spiegel, une augmentation de capital de 8 milliards d'euros serait également en préparation. Les actionnaires du groupe Volkswagen – à 50% possédé par les familles Piëch et Porsche – pourraient être mis à contribution

Trucs et astuces

Volkswagen a d'ores et déjà annoncé la vente pour 5 milliards d'euros de ses participations dans Suzuki et LeasePlan. Si nécessaire, le groupe pourrait être contraint de se séparer d'actifs plus importants. La cession de Porsche – estimée à 39 milliards d'euros, d'Audi ou de Skoda n'est pas envisageable à ce stade. Mais les marques de luxe comme Bentley, Lamborghini ou Bugatti pourraient sortir du giron du groupe.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant