Les bonnes recettes de Stéphane Plaza pour doper son réseau

le
0

Un an après sa création, le réseau Stéphane Plaza compte plus de 70 agences immobilières ouvertes partout en France. L’objectif reste d’en ouvrir 500 à l’horizon 2020.

Tout juste un an. En juin 2015, l’animateur télé Stéphane Plaza, épaulé par les deux ex-fondateurs de Laforêt, lançait un réseau d’agences immobilières à son nom. Conseil personnalisé, home staging, décor de l’agence comme à la maison... le présentateur de «Maison à vendre» voulait capitaliser sur les ressorts de son succès sur M6.

A l’époque, il annonçait que Stéphane Plaza Immobilier disposerait de 500 agences en franchise à l’horizon 2020. Une promesse de développement très ambitieuse car un réseau implanté depuis longtemps en France comme Century 21 compte tout juste 750 agences . Pour l’instant, Stéphane Plaza est dans les temps. En douze mois, il a déjà ouvert 77 agences (à Rouen, Aurillac, Paris...). Et 50 autres devraient débuter leur activité prochainement car le contrat entre le franchiseur et le franchisé est signé.

«Notre agence pilote ouverte il y a un an dans le 11e arrondissement fonctionne bien, affirme l’animateur télé. Elle a réalisé un chiffre d’affaires de 700.000 € en douze mois. En moyenne, notre objectif est pour chaque agence qu’elle réalise un chiffre d’affaires de 500.000 € en rythme de croisière.» Ceux qui ont rejoint le réseau viennent de divers horizons: des ex de réseaux concurrents comme Ronan (2 agences dans le 15e et 7e arrondissement de Paris) passé par Foncia . Des indépendants comme Noemia à Rouen ou Sandra à Aurillac. Ou des ex-cadres en reconversion.

Relations houleuses avec la concurrence

Après quelques mois d’activité sous cette nouvelle bannière, leurs témoignages sont plutôt enthousiastes. «Avec la force de la marque et du capital sympathie de Stéphane Plaza, j’arrive à mieux convaincre les propriétaires de ne pas demander trop cher de leur bien», affirme Noemia. L’affiliation au réseau Plaza immobilier se traduit aussi par une hausse des ventes. «Dans mon agence de Suffren à cheval sur le 7e et le 15e arrondissement de Paris, mon chiffre d’affaires a augmenté de 20 à 25%», raconte Ronan.

Reste que la cohabitation avec les autres réseaux très installés (Orpi, Century 21, Era...) n’est pas toujours facile. «Les confrères refusent de partager les mandats avec nous», reconnaît Sandra . Ce nouveau réseau n’en a cure et compte sur son originalité pour continuer à se développer. Par exemple, il propose aux propriétaires un mandat exclusif réduit à 45 jours contre trois mois habituellement. Et il va très vite lancer son appli.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant