Le prêt à taux zéro booste le marché immobilier

le
0

Dans le neuf, un ménage sur deux a pu acheter grâce au prêt à taux zéro ou au prêt à l’accession sociale, relève une étude du Crédit Foncier.

Les aides au logement offrent un sérieux coup de pouce aux particuliers désireux de devenir propriétaires. Selon une étude du Crédit Foncier parue ce mercredi, un ménage sur deux ayant acheté dans le neuf en 2015 a en effet bénéficié d’un prêt à taux zéro ou d’un prêt à l’accession sociale. L’année dernière, 72.221 achats immobiliers ont été financés par le premier dispositif, accessible à deux ménages sur trois sous conditions de ressources, et 58.800 grâce au second.

Le prêt à l’accession sociale présente l’avantage de pouvoir financer tous les projets immobiliers, à un taux préférentiel. Le prêt à taux zéro ne concerne de son côté que le logement neuf, et les logements anciens qui nécessitent d’importants travaux. Le gouvernement a élargi depuis le 1er janvier les conditions d’éligibilité du prêt à taux zéro: le plafond de ressources a été relevé, si bien que 40% de primo-accédants supplémentaires peuvent en bénéficier; la possibilité d’y recourir pour un achat dans l’ancien, à condition que les travaux représentent 25% du prix d’achat, a par ailleurs été étendue à tout le territoire contre 6000 communes rurales auparavant. Cette nouvelle mouture rencontre un véritable succès, selon la Fnaim. En 2016, le prêt à taux zéro dans l’ancien a représenté 20% des PTZ distribués, contre 2% à 3% en 2015, chiffres des sources bancaires citées par l’AFP.

En 2015, déjà, le nombre de PTZ distribué avait fortement augmenté, sous l’effet d’un marché immobilier plus dynamique. A cette date, selon le Crédit Foncier, les ménages avaient en moyenne emprunté 37.000 euros à taux zéro, une somme stable par rapport à l’année précédente, pour un achat d’une valeur de 194.000 euros. D’après les données de l’établissement bancaire, les bénéficiaires étaient en moyenne plus jeunes que les accédants dans leur ensemble puisque près de 80% d’entre eux avaient moins de 40 ans.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant