La location de vêtements de luxe séduit de plus en plus

le
0

Acheter une robe de cocktail, de mariage ou un costume peut coûter une fortune. Face à ce constat, les sites de location d'habits se multiplient et certains proposent du très haut-de-gamme abordable. Le Figaro en sélectionne quelques-uns pour vous.

L'univers du luxe fascine toujours autant. Avec la crise, les personnes qui ont les moyens ou l'envie de payer une fortune des robes ou accessoires ne sont plus si nombreuses. Louer des vêtements est donc en vogue, particulièrement outre-Atlantique. Le site internet américain Rent the Runway en est un parfait exemple. Lancé en novembre 2009, il compte désormais 5 millions de clientes. Et depuis juillet il se diversifie en proposant, pour un abonnement de 75 dollars par mois, de louer des accessoires de mode comme des sacs à mains, des chapeaux, des bijoux ou des écharpes, signés par la griffe des grands couturiers. «Une femme qui a porté du prêt-à-porter de base toute sa vie et tout à coup s'offre du Carolina Herrera, elle se dit 'Oh mon Dieu' . C'est ça le pouvoir de faire les choses en grand», explique aux Echos Jennifer Hyman, co-fondatrice du site, avec Jennifer Fleiss. Le marché du luxe d'occasion (vente et location) est en plein essor : de l'ordre de 3 milliards d'euros dans le monde et de 15 milliards si l'on inclut les montres et les bijoux. Un business en plein développement donc, mais qui reste mineur en comparaison à celui du luxe neuf, évalué à 217 milliards d'euros en 2013.

La robe de mariée séduit

Le mariage est touché par ce phénomène en vogue. De plus en plus de jeunes femmes hésitent en effet à débourser des milliers d'euros dans l'achat d'une robe. Même si la tenue est riche de symboles, nombreuses sont les jeunes mariées à rêver d'une robe unique pour le jour J. Mieux vaut passer par un site de location si on ne veut pas faire exploser son «budget». Le site Graine de coton, créé en janvier 2009, offre la possibilité à toutes les mariées, quel que soit leur budget, de s'offrir la robe de leurs rêves. Il vous faudra débourser entre 34¤ pour une robe courte Toona Baba et 915¤ pour une robe Pronovias. Et, en plus des robes, le site vous propose également la location d'accessoires, des tenues de cortèges pour les enfants ainsi que la décoration pour les tables et les salles de réception. Neuf ou d'occasion, il y en a pour toutes les bourses et les robes peuvent être essayées en «atelier-boutique» sur Paris.

Lutter contre la «fast-fashion»

Avec son site Internet, Jennifer Hyman lutte contre ce qu'elle appelle la «fast-fashion» à savoir la mode à petit prix, renouvelée sans cesse par les marques. Elle souhaite changer ce qu'elle compare à «la junk food de la mode» en rendant accessible des produits plus haut-de-gamme. Terminés donc les habits qui ne tiennent pas aux lavages, qui se déforment ou qui se délavent. Et terminés également ceux qu'on ne porte qu'à quelques occasions comme les vêtements de grossesse ou les vêtements pour enfants trop petits désormais pour être portés. Des sites leurs offrent une nouvelle jeunesse. C'est le cas de Pitchounet.fr ou Fusion maternité qui propose aux femmes enceintes des robes pour les grandes occasions.

Une solution pour vos tenues de soirées

Les sites de location de robes et smoking pour vos soirées fleurissent également sur la toile. C'est par exemple le cas de mabonneamie.com qui vous propose un large choix de robe, de Sonia Rykiel à Paule Ka en passant par Cacharel, de 30 à 110 euros pour 4 jours de location avec un supplément de 10 euros pour les frais de pressing. Et peut-être avez-vous vous-même des robes ou des costumes à proposer en location. Si de l'argent sommeille dans votre dressing, des sites comme videdressing.com pourrait vous faire gagner de l'argent.

Un geste pour l'environnement

Autre argument mis en avant par ces sites de location: agir en faveur de l'environnement. Profitant de la mouvance écologique des dernières années, ils insistent sur le geste en faveur de la planète en limitant les impacts néfastes de la fabrication et prônent un recyclage du vêtement qui passe par la location.

Une réponse à la crise

La crise de 2008 a considérablement fait évoluer les modes de consommation et la façon de dépenser. Les clients sont dorénavant plus conscients du prix de chaque vêtement et du nombre de fois qu'il sera porté. Logique donc que les clients se tournent vers la location pour les produits de luxe, difficiles à porter tous les jours. Cela peut être le cas des montres de luxe par exemple. Si la phrase «Si à 50 ans on n'a pas une Rolex, c'est qu'on a raté sa vie» de Jacques Séguéla vous trotte dans la tête, sachez que vous pouvez toujours louer une montre Rolex à la journée, à la semaine ou au mois. Le site Daily Dream Watch vous propose par exemple la Yacht Master 2 (vendue 35.400 euros) à 150 euros la journée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant