Ipagoo, le nouveau compte sans banque

le
0

Ce compte en ligne lancé simultanément dans quatre pays européens, vise à faciliter la vie des particuliers vivant dans plusieurs pays du Vieux Continent et des PME exportatrices.

Un nouveau compte de paiement sans banque vient de voir le jour. Contrairement au compte Nickel lancé il y a un peu plus d'un an, qui cible les particuliers les plus modestes et peut être ouvert chez les buralistes, ce nouveau compte baptisé ipagoo, s'adresse principalement aux particuliers aisés vivant dans un autre pays européen que le leur et aux PME et PMI exportatrices. «30 millions de personnes vivent dans un autre pays que leur en Europe. Et on compte en Europe environ 2,5 millions de PME et de PMI exportatrices», justifie Carlos Sanchez, directeur général d'ipagoo. Ce compte, uniquement accessible sur Internet (tablettes et smartphones) cible aussi les transfrontaliers ou encore les étudiants séjournant dans un pays européen dans le cadre par exemple du programme Erasmus.

Filiale de Orwell, groupe de services financiers britanniques, ipagoo a pour ambition de faciliter la gestion de trésorerie des particuliers et des entreprises, habitués à jongler avec plusieurs comptes dans plusieurs pays et devises (comme les très nombreux Français vivant en Grande-Bretagne par exemple). Les clients peuvent ainsi détenir des comptes courants dans plusieurs devises (euros, dollars et livre sterling), des cartes bancaires et des moyens de paiement mobile dans tous les pays où la société est présente: la France, le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Italie. L'Allemagne devrait suivre en fin d'année 2015. «Nous espérons être présents dans 20 pays européens dans deux ou trois ans. Notre objectif est de compter 5 à 6 millions de clients particuliers et 170.000 PME dans cinq ans», espère Carlos Sanchez.

Un package de 14 euros par mois

Ce service a un coût: 14 euros par mois pour un particulier. Ce «package» lui permet d'ouvrir trois comptes (pour lui et pour les membres de la famille comme des enfants ados) chacun dans la devise de son choix. Ce qui lui évite les frais de change. Il pourra ainsi payer avec sa carte bancaire (ou retirer de l'argent) dans la devise du pays dans lequel il se trouve. Le client peut également disposer de cinq portefeuilles électroniques (wallet) et de deux cartes de débit Mastercard, pouvant être rattachées à un ou plusieurs comptes.

Il est aussi possible d'avoir accès à un service de «cash pooling», qui permet par exemple d'alimenter un compte à découvert à partir d'un autre compte ou carrément de payer une facture toujours à partir d'un autre compte. «Cela réduit les besoins de découverts et de trésorerie», justifie Carlos Sanchez. «Traditionnellement un client ayant des besoins internationaux paie 600 à 700 euros de frais bancaires par an. Avec ipagoo, il peut réaliser 30% à 40% d'économies par an», estime ce dernier. Moyennant 19 euros par mois, les entreprises ont accès aux mêmes services et facilités de gestion.

Pour l'heure, ipagoo ne propose ni crédits ni placements, mais la donne pourrait changer. «Nous envisageons de passer des partenariats avec de grandes banques étrangères et des établissements spécialisés», explique Carlos Sanchez. Celles-ci pourraient alors proposer des crédits et des investissements financiers aux clients d'ipagoo.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant