Immobilier : La Baule séduit toujours et maintient ses prix

le
0

FOCUS - Dans cette station balnéaire réputée du grand ouest, les prix se sont enfin stabilisés, après une baisse significative depuis fin 2013. Plusieurs célébrités y passent l’été.

Une promenade sur le remblais de La Baule peut vous occuper durant un après-midi entier. Au total, il s’étend sur plus de huit kilomètres, entre Pornichet et Le Pouliguen. Huit kilomètres de plage, ponctués de bars, de hautes résidences et de palaces... L’été, cette station balnéaire phare du grand ouest se transforme, et accueille plus de 150.000 estivants qui s’agglutinent avenue du général de Gaulle. Soit dix fois plus d’habitants durant les deux mois d’été que durant le reste de l’année! La Baule est une ville haut-de-gamme et attractive.

Parmi les spots les plus prisés, le quartier de l’Esplanade Benoît, et surtout le quartier des Oiseaux, autour du marché de La Baule. C’est le premier quartier historique et l’un des plus populaires de la station balnéaire, jalonné de somptueuses villas... Quid de l’immobilier dans cette ville? Selon les derniers chiffres dévoilés par MeilleursAgents, on paie en moyenne 4524 euros le mètre carré un appartement baulois, et 3339 euros pour les maisons. Soit un recul d’à peine 0,7% sur un an.

«Les prix ont commencé à baisser fin 2013, mais ils se sont stabilisés depuis quelques mois, explique au Figaro Lydia Boudesseul-Deturmeny, responsable d’une agence Century 21 à La Baule. Le marché est redevenu dynamique à la fin de l’année dernière, et cet été on vend beaucoup. Cela va du studio à la petite maison familiale.»

Une segmentation nord-sud

Si l’on prend une fourchette large, il faut débourser en moyenne entre 400.000 et 650.000 euros pour trouver un bien dans un des spots les plus prisés. «Souvent, les clients recherchent la même chose: une maison typique, proche du marché, et le plus proche possible de la mer! Il est parfois dur de les orienter ailleurs et les convaincre qu’il y a d’autres quartiers qui sont tout aussi formidables», observe Lydia Boudesseul-Deturmeny.

Ici, le marché immobilier est segmenté en deux parties. Au nord, les résidences principales et les programmes immobiliers neufs, destinés en priorité aux primo-accédants, et au sud les biens les plus recherchés, et où l’offre est plus rare. On y achète surtout des appartements, pour un prix qui peut s’envoler entre 9000 et 12.000 euros le mètre carré pour les biens les plus convoités.

À La Baule, on croise aussi un certain nombre de people. Nicolas Sarkozy, Didier Barbelivien ou Marion Cotillard ont déjà vanté les charmes de la station balnéaire. D’autres comme Gérard Lanvin ou Valérie Pécresse y ont leur maison de villégiature. Si tous les biens immobiliers se vendent à La Baule, il en est un seul qui ne trouve pas preneur... La grande maison familiale typique de plusieurs étages - notre photo - au bord de la mer, a bien du mal à trouver preneur. Avis aux amateurs.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant