France : recul du pouvoir d'achat des salariés

le
18

Les dernières statistiques de l'Insee pointent un recul du pouvoir d'achat des salariés au cours de l'année 2012. Des disparités importantes sont néanmoins à noter.
Les dernières statistiques de l'Insee pointent un recul du pouvoir d'achat des salariés au cours de l'année 2012. Des disparités importantes sont néanmoins à noter.

Les salaires auraient moins progressé que l'inflation au cours de l'année 2012, publie l'Insee. Le pouvoir d'achat des salariés se serait ainsi contracté de 0,4% en France en 2012.

Le sentiment général de stagnation des salaires n'est pas infondé. L'Insee, qui publiait cette semaine les statistiques de l'année 2012, résume ainsi : « Entre 2011 et 2012, le salaire net a augmenté de 1,6 % en euros courants. Compte tenu de l'inflation (+2,0% en 2012), le salaire net moyen en euros constants baisse de 0,4% par rapport à 2011, après avoir sensiblement ralenti sa progression les deux années précédentes. »

Le salaire moyen des salariés, en équivalent temps plein, s'établissait ainsi en 2012 à 2154 euros nets par mois. Quant au revenu net médian, il s'établissait à un niveau plus faible, à 1730 euros par mois.

Première baisse du pouvoir d'achat depuis 1996

D'après Le Figaro, une baisse statistique du pouvoir d'achat ne s'était plus vue en France depuis 1996.

Cette baisse toucherait toutes les catégories socio-professionnelles, mais pas avec la même ampleur. Les cadres et les professions intermédiaires auraient connu les baisses les plus prononcées avec un recul respectif de 0,8% et 1,1% de leur pouvoir d'achat. A noter, au sein du secteur de la finance, une baisse du pouvoir d'achat de 4,9% sur la même période. L'évolution du pouvoir d'achat des ouvriers est quant à elle dans la moyenne nationale à -0,4% pour l'année 2012.

A noter que les salariés n'ayant pas changé d'entreprise auraient quant à eux, à l'inverse, connu une hausse de leur pouvoir d'achat de 0,7%.

Fait intéressant, les femmes auraient été moins impactées que les hommes par cette baisse de pouvoir d'achat : -0,1% contre -0,5% en moyenne. Cette différence reflète une légère régression des inégalités salariales entre hommes et femmes, qui restent toutefois très significatives : les hommes gagnent toujours en moyenne 19,2% de plus que les femmes.

Les chiffres de 2014 pourraient être meilleurs

Si les statistiques de l'année 2012 sont dans le rouge, elles pourraient néanmoins s'améliorer pour l'année en cours. Les salaires auraient en effet continué de progresser sur le même rythme qu'au cours des précédentes années (entre 1% et 2%) tandis que l'inflation est désormais très faible. Reste à savoir si l'Insee observera bien les mêmes chiffres que ceux actuellement anticipés.

X.B.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 le jeudi 18 déc 2014 à 16:30

    heimdal ..les parisiens faussent le calcul ..en Province c'est 2 Smic pour un ménage..c'est vrai

  • heimdal le jeudi 18 déc 2014 à 10:53

    2154 net /mois en 2012 !!!! Ca sort d'ou ce chiffre ?La majorité des gens de mon entourage sont bien en-dessous de ça !

  • heimdal le jeudi 18 déc 2014 à 10:51

    Et encore ,il s'agit des salaires avant impôts .Le pouvoir d'achat réel ,après impôts (revenu et locaux ) s'est complètement effondré .

  • M1168313 le jeudi 18 déc 2014 à 09:02

    le socialisme conduit tous les pays qui l'ont adopté à la pauvreté et à la fuite de ceux qui réussissent... la france de 2014 ne fait pas exception

  • M1945416 le jeudi 18 déc 2014 à 08:59

    loco93 ; on a un ex banquier à la tête de notre état, alors on peut dire : et c'est pas finis

  • M1945416 le jeudi 18 déc 2014 à 08:57

    heu ma taxe foncière habitation avait augmenter de 10% , l'essence le fioul je me rappel plus , mais en tout cas c'est certainement pas 0.4% ...

  • loco93 le mercredi 17 déc 2014 à 20:22

    Voilà ce à quoi conduit la loi de Pompidou (ou Rothschild) votée en 1972 qui interdit l'Etat français d'emprunter directement à la banque centrale et à des taux proches de zéro. Aujourd'hui et depuis cette loi, Les Etats Européens doivent se financer auprés des banques à des taux beaucoup plus élevés alors que ces derniers peuvent toucher de l'argent frais auprès de la BCE à des taux trés faibles. Les impots ne servent donc plus qu'à rembourser la dette, constituée d’intérêts, aux banques.

  • indyta le mercredi 17 déc 2014 à 20:01

    tiens ca me penser a Dumb et Dumber,duc0.n et duc0.on

  • indyta le mercredi 17 déc 2014 à 19:58

    mais il ne faut pas le penser;qu est ce qu on en sait,nous,le pequin moyen?hein?est ce que l on est au courant des tenants et des aboutissements?je vous le demande,mais eux ils savent..mais si ca ne marche pas,c est la faute aux voisins...

  • indyta le mercredi 17 déc 2014 à 19:55

    ..Aucun scrupules de gauche comme de droite:ploutocratie.