Comment prêter aux PME sans se faire plumer

le
2
Les pertes enregistrées sur des prêts participatifs sont déductibles des intérêts perçus sur d'autres financements de même nature. (© DR)
Les pertes enregistrées sur des prêts participatifs sont déductibles des intérêts perçus sur d'autres financements de même nature. (© DR)

Depuis l’annonce au lendemain de Noël que les pertes enregistrées sur des prêts participatifs seraient déductibles des intérêts perçus sur d’autres financements de même nature, vous pouvez vous sentir germer une âme de banquier. Sans être une niche fiscale, cette disposition fiscale (article L. 511‑6 du code monétaire et financier) est un vrai encouragement à prêter aux entreprises via les plateformes de financement participatif. Des plateformes en plein essor dont les plus connues ont pour nom Credit.fr, Finsquare, Lendix, Lendopolis ou Unilend, le pionnier qui vient de fêter ses deux ans d'existence.

Quelle rémunération en attendre ?

Comment procéder ? Vous vous inscrivez sur la plateforme de votre choix. Vous consultez les dossiers en ligne et vous faites directement votre proposition de prêt sur le dossier affiché. Vous prêtez en moyenne entre 5 et 9%, sur des durées de deux à cinq ans. Certaines plateformes fixent le taux en fonction du risque du dossier (Lendopolis) d’autres ont mis en place un système d’enchères comme Unilend qui affiche le carnet d’ordres (si votre proposition de taux est rejetée, vous pouvez l’abaisser).

Ces taux plus proches des frais de découverts que des taux des prêts bancaires négociés (qui descendent jusqu’à 2%) vous procurent donc des rémunérations beaucoup plus généreuses que celles des livrets bancaire, mais bien moins

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • domsko il y a 11 mois

    Certainement que les dossiers les plus solides sont dans les banques, la patate chaude est refilé à d'autres rêveurs.

  • bidule83 il y a 11 mois

    J'ai prété sur une des plateformes citées dans l'article et il s'avère que dans 60% de mes cas, les entreprises sont en liquidation judiciaire. Donc je ne retrouverai pas mon argent. Donc je suis en perte. Peut être n'ai-je pas eu de chance, mais je ne recommencerai pas.