Cette résidence compte améliorer le quotidien des seniors

le
0

Un promoteur immobilier spécialisé dans les résidences pour seniors teste en région parisienne, un appartement «intelligent» et un ensemble intergénérationnel. Découverte du projet des Senioriales à 25 millions d’euros.

En 2015, on comptait 480 résidences seniors en France (contre 430 en 2013, soit une hausse de plus de 11%). Dans quatre ans, leur nombre sera multiplié par plus de deux. Avec le vieillissement croissant de la population française- en 2060, les seniors représenteront un tiers de la population française, soit près de 24 millions de personnes, selon l’Insee - ce genre d’habitations poussent comme des champignons. La dernière en date? Celle d’Emerainville, petite ville de plus de 8000 habitants au sud-est de Paris (Seine-et-Marne) que Le Figaro a pu visiter. Après cinq ans d’attente, dont trois dus à des lenteurs administratives, ce projet a (enfin) été inauguré mercredi dernier.

Sa particularité? Le complexe se compose de deux types de résidences, situées à 400 mètres à pied du centre-ville, à 500 mètres du RER E: les Senioriales, résidence services destinée aux retraités et les Résidiales, copropriété classique ouverte aussi bien aux personnes âgées qu’aux autres catégories de population et dont tous les appartements ont déjà été vendus. Le but? «Créer du lien social et des échanges de services entre les générations». Coût total? 25,6 millions d’euros. Une somme deux fois supérieure à celui que le promoteur immobilier Les Senioriales a l’habitude d’investir. «C’était important pour nous de concevoir cet ensemble intergénérationnel», explique Benjamin Misery, directeur général des Senioriales. «On vous attendait, acquiesce Alain Kelyor, maire LR d’Émerainville. On avait besoin de ces nouveaux habitants».

70% de locataires

La plupart des occupants de cette résidence pour personnes âgées sont des femmes (80%). Le plus jeune est âgé de 60 ans et le plus vieux, 93 ans. Surtout, 30% d’entre eux sont des propriétaires et 70% de locataires. Côté revenus, les résidents d’Émerainville touchent en moyenne une pension d’environ‘00 euros par mois contre environ 1400 euros pour la moyenne de l’ensemble des résidents des Senioriales en France.

Un montant nettement supérieur à la pension moyenne d’un retraité qui s’élève à 1066 euros par mois. Ce type de résidences est-il réservé à des retraités huppés? «Tous les retraités sont les bienvenus à partir du moment où leur reste à vivre s’élève à 450 euros», répond le promoteur immobilier.

De 4200 à 4600 euros le mètre carré

À la location, 20 appartements meublés sont disponibles. Les loyers pour un bien nu varient de 744 euros par mois pour un T1 de 35 m² à 1203 euros par mois pour un T3 de 63 m² en passant par une fourchette comprise entre 824 et 973 euros par mois pour un T2 de 39 à 46 m². Pour les appartements meublés, il faut compter 852 euros à 2475 euros pour une personne et de 1177 à 3223 euros pour deux personnes, en fonction des offres de services choisies par les résidents. Ces dernières comprennent notamment l’eau, le chauffage, l’électricité, deux heures de ménage par semaine, le service blanchisserie, le pack-assistance (téléassistance 24h/24, dépannage d’urgence, assistance en cas de sinistre ou d’hospitalisation et information juridique), l’accès à l‘application mobile Félicie pour interagir avec la résidence et les repas du midi et/ou du soir.

Et pour ceux qui seraient tentés d’acheter? 11 appartements sont disponibles à la vente. Pour s’offrir un T2 de 47 m², il faudra débourser entre 205.000 et 215.000 euros TTC, soit entre 4362 euros et 4575 euros le m². Et pour un T3 de 63 m², le prix est compris entre 264.000 et 289.000 euros (de 4190 à 4587 euros le m²).

Et pour faciliter le quotidien des seniors, Les Senioriales a collaboré avec une dizaine d’industriels français afin de sélectionner un peu moins de vingt innovations à la suite de tests effectués avec un panel d’une centaine de résidents. Citons en vrac la porte palière avec une serrure connectée qui s’ouvre par code ou smartphone, l’interrupteur sur le pas de la porte permettant d’éteindre d’un seul coup toutes les lumières, de couper le gaz et le four ou encore le système qui permet de fermer les volets à une heure précise ou en fonction de l’ensoleillement.

«J’apprécie tout particulièrement les meubles qui descendent à notre hauteur, se réjouit Catherine, résidente âgée de 75 ans. C’est plaisant que tout soit pensé pour nous faciliter nos tâches au quotidien. J’aime aussi à la fois le «côté campagne» et le «côté ville» de cette résidence». «Des résidents viendront tester durant des sessions de deux semaines toutes ces innovations dans les mois à venir», explique Hubert Tissot, directeur produits et innovation des Senioriales. Un appartement test qui une fois finalisé servira de modèle pour être généralisé dans les résidences Senioriales, avec une possible commercialisation des appartements courant 2017.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant