Bill Gates à la tête d'une fortune de 90 milliards de dollars

le
0

La fortune de Bill Gates a passé le cap des 90 milliards de dollars confortant le milliardaire dans sa position d'homme le plus riche de la planète.

Selon le classement Bloomberg des personnalités les plus riches de la planète, la fortune de Bill Gates a passé mardi le cap des 90 milliards de dollars, l'équivalent de 0,5% du PIB américain. C'est tout de même 8,1 milliards de dollars de plus qu'en mars (l'équivalent de la fortune de Patrick Drahi, la magnat des télécommunications français) et 26 milliards de plus qu'en 2012, toujours selon Bloomberg. Depuis le début de l'année, sa fortune a grimpé de 6,2 milliards de dollars. Bill Gates s'installe ainsi très loin devant Liliane Bettencourt, première fortune française, qui pointe à la 13ème place du classement avec 38,4 milliards de dollars. Amancio Ortega, fondateur de Zara, et Warren Buffett complètent le trio de tête.

Si l'envolée de l'action Microsoft sur les 12 derniers mois (+34%) a très nettement participé à enflammer la fortune de Gates - qui détient 2,5% des titres, soit 11 milliards de dollars-, le champion de l'informatique doit aussi son enrichissement considérable à ses investissements dans Ecolab (spécialisé dans les technologies de l'eau et de l'énergie) et dans la Canadian National Railway (la compagnie de transports ferroviaires canadienne). Le site d'information australien ABC News rappelle, par ailleurs, que le multimilliardaire investit dans des domaines aussi variés que l'équipement agricole (John Deere), l'industrie du recyclage (Republic Services), et le secteur hôtelier.

Géants de la tech

S'il était un pays, Bill Gates se positionnerait en tant que 63ème économie mondiale, au niveau de l'Ukraine (selon les chiffres de la Banque Mondiale). Ce n'est pas un hasard si l'on compare les fortunes mondiales en dollars et si les principaux sites de classement sont américains: d'après un récent recensement du Forbes, les États-Unis font la course en tête avec 540 milliardaires, devant la Chine qui en compte 251 et l'Allemagne 120.

Par ailleurs, les géants de la tech sont omniprésents dans le classement des grandes fortunes et explique la suprématie des États-Unis. Selon les Echos, le secteur technologique, l'un des rares à Wall Street à dégager des bénéfices, pèse maintenant 21% de l'indice S&P 500. Sur les trois dernières années, la valeur d'Amazon a triplé, celle de Google (devenu Alphabet) a doublé et celle de Facebook a quintuplé, affolant les investisseurs, à tel point que certains craignent une nouvelle bulle financière.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant