Zak Ebrahim : "fils de terroriste" et chantre de la tolérance

le
0
Zak Ebrahim, fils de terroriste.
Zak Ebrahim, fils de terroriste.

"Je ne suis pas mon père." Cette phrase pouvant paraître simple, Zak Ebrahim a mis un moment à la faire sienne. La faute à un paternel encombrant : El-Sayyid Nosair, Américano-Égyptien, l'un des planificateurs du premier attentat contre le World Trade Center qui avait fait six morts lors de l'explosion d'une voiture piégée en 1993.

Au même moment, Zak Ebrahim était chez lui, en train de regarder le film d'animation Bigfoot et les Henderson dans le salon familial, rapporte le Washington Post. Il n'allait déjà plus à l'école, et son père était déjà en prison. En 1990, il avait assassiné le rabbin Meir Kahane, fondateur de la Ligue de défense juive.

"Complice par les liens du sang"

Zak Ebrahim, aujourd'hui âgé de 31 ans, a choisi de raconter son histoire dans un livre, intitulé Le Fils du terroriste. L'histoire d'un choix. Après avoir longtemps caché son identité, le "fils du terroriste" a voulu, en sortant de l'ombre, brosser "le portrait d'un jeune homme éduqué dans les flammes du fanatisme et qui a choisi la non-violence à la place".

Il raconte le harcèlement des autres écoliers, l'exclusion sociale, les envies suicidaires d'un fils de terroriste. Et sa permanente "lutte contre le sentiment dévastateur qu('il était), d'une certaine façon, complice par les liens du sang".

Puis sa lente acceptation de la culpabilité de son père, qui...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant