Votre maison est-elle hantée? Un site donne la réponse

le
0

Les agents immobiliers donnent rarement cette facette de l’histoire d’un bien, durant une visite! Vous êtes-vous déjà seulement posé la question?

Certaines maisons sont publiquement hantées, parce qu’elles ont été le théâtre de faits singuliers et médiatiques. C’est le cas par exemple pour la maison de la famille Dupont de Ligonnès, à Nantes, qui a été le lieu d’un drame qui n’est toujours pas élucidé à ce jour... Mais si elles existent, ces maisons hantées sont rares! Néanmoins, la question se pose: votre maison est-elle hantée? Quelle est la véritable histoire de votre appartement? Il est tout à fait possible que, sans que vous ne le sachiez, votre logement ait abrité des histoires bien moins paisibles que votre petite vie de famille.

«Y-a-t-il eu un mort dans votre maison?» C’est cette question très particulière que s’est posée Roy Condrey, créateur du site Died in House. Une question qu’il s’est donc posée très sérieusement! C’est en recevant en pleine nuit un message d’un de ses locataires lui demandant s’il savait que sa maison était hantée que Roy Condrey a eu l’idée de son site. «En faisant une recherche sur Google, j’ai trouvé des pages et des pages où les gens posaient la même question», a-t-il expliqué au site Mashable dans un email... Si la question apparaît des dizaines de fois sur le web, rares sont ceux qui s’inquiètent effectivement du passé du futur logement loué ou acheté!

Rabais de 60% pour la maison de la famille Ligonnès

«Je pensais que cela faisait partie du procédé de divulgation, mais malheureusement, j’ai découvert que non», explique Roy Condrey. Effectivement, aucune loi n’oblige - que ce soit en France ou aux États-Unis - les agents immobiliers à mentionner s’il y a eu des morts sur la propriété. Et encore moins de raconter les circonstances! Grâce à un algorithme, le site Died in House propose des certificats de décès, faits divers, rapports de police, et autres documents relatifs à l’histoire d’un logement! Le prix du service? Douze dollars, soit un peu moins de onze euros.

Pas très cher, compte tenu de la plus-value que vous pourriez faire si votre logement est hanté par un événement peu reluisant: vous pouvez obtenir un rabais d’environ 25%! De quoi faire réfléchir. Si l’on reprend l’exemple de la demeure de la famille Ligonnès, elle a été vendue en avril dernier - soit quatre années après le drame - à 200.000 euros... alors qu’elle était estimée à 450.000 euros selon les prix du marché local! Soit un rabais de 60%. Cela donnerait presque envie de croire aux fantômes.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant