Viry-Châtillon : les policiers brûlés garderont des séquelles à vie

le
0
Deux véhicules de police ont été attaqués à Viry-Châtillon le 8 octobre 2016. Deux policiers à bord ont été grièvement blessés.
Deux véhicules de police ont été attaqués à Viry-Châtillon le 8 octobre 2016. Deux policiers à bord ont été grièvement blessés.

Sauvés mais durablement marqués. Tel est le diagnostic que le professeur Maurice Mimoun, chef du service chirurgie plastique et traitement des brûlés de l'hôpital Saint-Louis de Paris, émet dans les pages du Figaro, ce lundi 24 octobre. Plus de deux semaines après la très violente attaque dont ils ont fait l'objet à Viry-Châtillon, le pronostic vital des deux fonctionnaires n'est plus engagé. Mais les deux policiers sont néanmoins "grièvement brûlés", explique le médecin qui dirige l'équipe-soignante.

Depuis le 8 octobre, date à laquelle une bande a lancé des cocktails molotov à l'intérieur de leur véhicule, ces deux personnes (un homme et une femme), brûlés au 3e degré, ont fait l'objet de soins intensifs. S'ils sont aujourd'hui sauvés, la première communication médicale officielle pointe l'importance de leurs blessures. Le professeur Maurice Mimoun a précisé que son intervention était faite en accord avec les deux patients, qui voulaient qu'on sache "l'extrême violence de l'agression dont ils ont été victimes".

Courage et dignité

Seize jours après l'attaque et alors que les policiers ont multiplié les manifestations pour protester contre la dégradation de la situation sécuritaire, Jenny, 39 ans, est sortie de l'hôpital le 18 octobre. "Nous n'avons pas voulu communiquer (tout de suite) dans la mesure où le pronostic vital de son collègue (Vincent, 28 ans) restait...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant