Vigipirate élevé au niveau "alerte attentat" dans le Sud-Est

le
2
PLAN VIGIPIRATE ÉLEVÉ AU NIVEAU "ALERTE ATTENTAT" DANS LE SUD-EST
PLAN VIGIPIRATE ÉLEVÉ AU NIVEAU "ALERTE ATTENTAT" DANS LE SUD-EST

PARIS (Reuters) - Le plan Vigipirate a été relevé au niveau "alerte attentat" dans les Alpes-Maritimes à la suite de l'attaque à l'arme blanche de militaires à Nice par un homme qui semblait s'être radicalisé, a annoncé mercredi le Premier ministre Manuel Valls.

Deux soldats ont été légèrement blessés, mardi dans le centre de Nice, alors qu'ils patrouillaient devant un centre communautaire juif.

"Je viens de décider, comme en Ile-de-France depuis quatre semaines déjà, de passer dans les Alpes-Maritimes le plan Vigipirate au niveau 'alerte attentat' parce qu'il faut que tous les moyens soient mis en place au moment où, peut-être, il y a des complicités", a dit Manuel Valls lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

Un deuxième homme a été interpellé mardi sur la place Masséna à Nice où s'est déroulée l'agression et des vérifications sont en cours pour voir s'il y a un lien avec cet attentat.

Manuel Valls a indiqué que Moussa Coulibaly, l'auteur présumé de l'attaque, qui a été arrêté, avait présenté à la fin 2014 des "signes de radicalisation" portés à la connaissance du renseignement intérieur, ce qui avait entraîné sa surveillance lors de ses déplacements.

Il s'était rendu en Turquie fin janvier mais avait été refoulé par les autorités turques et les services français ont interrogé Moussa Coulibaly avant de le relâcher.

"Ce sont ces mesures et la coopération franco-turque qui ont entraîné son refoulement de Turquie afin d'éviter qu'il n'aille éventuellement rejoindre les bataillons du djihad", a souligné le Premier ministre.

"A son retour en France, cet homme d'une trentaine d'années a été entendu par les services de renseignement "mais aucun acte préparatoire signe de passage à l'acte ou de participation à une association de malfaiteurs n'avait alors été mise au jour permettant de le présenter à un juge", a-t-il ajouté.

(Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jobico le mercredi 4 fév 2015 à 17:58

    pourquoi les militaires n'ont pas tirès,ont-ils reçus des ordres...

  • bigot8 le mercredi 4 fév 2015 à 16:52

    Pouvait pas le laisser aller au djihâd il aurait été zigouillé