Vers un étiquetage de la viande transformée au sein de l'UE

le
2
LES EURODÉPUTÉS VEULENT UN ÉTIQUETAGE DE LA VIANDE TRANSFORMÉE
LES EURODÉPUTÉS VEULENT UN ÉTIQUETAGE DE LA VIANDE TRANSFORMÉE

STRASBOURG (Reuters) - Deux après le scandale de la viande de cheval dans des plats préparés au b½uf, le Parlement européen a demandé mercredi à la Commission d'élaborer une législation imposant la mention d'origine pour la viande utilisée dans les aliments transformés.

Cette mention est déjà obligatoire pour la viande brute de b½uf depuis le début des années 2000, conséquence de la crise de la vache folle, et le deviendra pour les autres espèces animales à partir du 1er avril 2015.

"L'étiquetage du pays ou du lieu d'origine de la viande et des produits carnés n'empêche pas la fraude mais il constitue un système de traçabilité qui contribue à détecter d'éventuelles infractions", estime le Parlement dans une résolution adoptée par 460 voix contre 204 et 33 abstentions.

Non contraignante, la demande de propositions législatives en ce sens a cependant de grandes chances d'être acceptée par la Commission au nom des règles de bonne conduite qui régissent les relations entre les deux institutions.

Le Parti populaire européen (PPE-centre droit), le groupe le plus important du Parlement, a vainement tenté de s'opposer à la résolution en invoquant les surcoûts jugés excessifs que cette nouvelle obligation ferait supporter aux transformateurs.

La Commission, dans une étude publiée en 2013, estimait qu'ils pourraient atteindre 15 à 50%, selon les adaptations requises au niveau de l'approvisionnement, du traitement administratif ou du processus de fabrication lui-même.

L'association de consommateurs "Que choisir" avait battu en brèche ces évaluations, fournies, selon elle, par les syndicats professionnels et reprises sans vérification par la Commission.

Menant sa propre étude sur 241 références dans 1.567 magasins durant l'année 2013, elle concluait que l'introduction sur une base volontaire de l'indication d'origine des viandes transformée n'avait fait augmenter les prix que de 0,67%.

"Ce sujet a été caricaturé par les industries agro-alimentaires qui ont mis la pression sur les eurodéputés", a estimé l'eurodéputée UMP Angélique Delahaye, agricultrice qui, quoique membre du PPE, a approuvé la résolution comme l'ensemble des parlementaires français de toutes tendances et près d'un tiers des membres du PPE.

"Nous avons le devoir de réconcilier les consommateurs avec le contenu de leur assiette", a-t-elle ajouté.

L'étude de la Commission européenne montrait que plus de 90% des consommateurs interrogés attachaient de l'importance à la mention d'origine des produits alimentaires transformés.

(Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • a.nottr1 le mercredi 11 fév 2015 à 18:29

    Pour la viande hachée , faites un relevé ADN avant de consommer ?

  • frk987 le mercredi 11 fév 2015 à 18:24

    Et le ré-emballage de la viande périmée..ce sera pour une fois.