Vers la fin du "miracle turc" ?

le
1
Pour des raisons électoralistes, Recep Tayyip Erdogan n'a pas souhaité mener de réformes structurelles de l'économie turque.
Pour des raisons électoralistes, Recep Tayyip Erdogan n'a pas souhaité mener de réformes structurelles de l'économie turque.

C'est désarmé que le parti islamo-conservateur AKP attaque la campagne des élections législatives de juin. Si, durant les treize dernières années, la formation du président Erdogan avait bâti ses victoires politiques sur des résultats de croissance pharaoniques, à l'approche du scrutin, ses candidats se font plus discrets sur le sujet. Et pour cause, il est bel et bien révolu, le temps où la République turque affichait de fringants taux de croissance à la chinoise (jusqu'à 9 % en 2010) jalousés par ses voisins européens. Aujourd'hui, le pays peine à dépasser la barre des 3 % et accuse une inquiétante hausse de son taux de chômage (environ 11 %) et du niveau d'inflation. Un sérieux revers pour "le miracle turc".

"La Turquie traverse une période très difficile, elle a perdu sa boussole, ses ancrages économiques", analyse Seyfettin Gürsel, économiste et professeur à l'université Bahçeþehir, à Istanbul. Si l'heure n'est pas à la récession, plusieurs signaux montrent cependant un ralentissement certain de l'activité économique du pays. "L'AKP n'a pas su préparer la Turquie pour l'ère à venir. Le parti n'a pas de grand projet économique pour mener à bien l'essor du pays", complète Sinan Ülgen, président du Center for Economics and Foreign Policy (EDAM).

Bras de fer avec la Banque centrale

Au cours de la dernière décennie, la Turquie de l'AKP a su tirer profit d'un climat économique favorable pour les nations émergentes....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9244933 le mardi 17 mar 2015 à 16:22

    D'autres évolutions comme la pression sur les médias et l'islamisation rampante de la société ne sont pas non plus de nature à inspirer confiance. Au moins on n'entend plus parler d'intégration dans l'UE, qui ne pourrait pas digérer un gros morceau de cette nature et qui a de toute façon beaucoup d'autres soucis.