Varsovie veut faire appel de la non-extradition de Polanski

le
2
LA NON-EXTRADITION DE POLANSKI VA ÊTRE CONTESTÉE EN POLOGNE
LA NON-EXTRADITION DE POLANSKI VA ÊTRE CONTESTÉE EN POLOGNE

VARSOVIE (Reuters) - Le ministre polonais de la Justice, Zbigniew Ziobro, va contester devant la Cour suprême polonaise la décision de ne pas extrader le cinéaste Roman Polanski vers les Etats-Unis, rapporte mardi l'agence de presse Pap.

Washington a demandé à Varsovie d'extrader Roman Polanski, mais un tribunal polonais a rejeté cette requête au mois d'octobre. Le magistrat avait alors estimé que la justice américaine avait bafoué les droits de Roman Polanski par le passé et qu'elle était à nouveau susceptible de le faire si le réalisateur lui était déféré.

Depuis, le parti conservateur Droit et Justice (PiS) a remporté les élections législatives et Zbigniew Ziobro s'est plusieurs fois exprimé contre la décision de ne pas extrader Roman Polanski.

"J'ai décidé d'interjeter appel de la décision par laquelle la cour a décidé de ne pas extrader M. Polanski aux Etats-Unis pour les faits pour lesquels il est accusé et recherché pour le viol d'un enfant", a déclaré Zbigniew Ziobro, qui occupe également la fonction de procureur général.

"Si c'était un type ordinaire, un enseignant, un médecin, un plombier, un décorateur, je suis sûr qu'il aurait été extradé de n'importe quel pays vers les Etats-Unis il y a bien longtemps", a-t-il ajouté.

Cette affaire reste célèbre et disputée internationalement près de quarante ans après les faits. Certains exigent une sanction exemplaire; d'autres estiment que les autorités américaines doivent renoncer à demander l'extradition du réalisateur franco-polonais, aujourd'hui âgé de 82 ans.

Roman Polanski a reconnu en 1977 avoir eu une relation sexuelle avec une mineure de 13 ans lors d'une séance de photos à Los Angeles. Il a alors passé 42 jours en prison avant d'être remis en liberté après une négociation ("plea bargain").

Mais il a fui les Etats-Unis l'année suivante, redoutant que le magistrat chargé du dossier ne revienne sur l'accord passé à l'époque et ne le condamne à plusieurs années de prison.

En 2009, il a été arrêté à Zurich sur mandat d'arrêt des Etats-Unis et placé en résidence surveillée. Il a été libéré l'année suivante après la décision des autorités suisses de ne pas l'extrader. Les Etats-Unis ont ensuite demandé son arrestation à la Pologne après une apparition du réalisateur à Varsovie en 2014.

Roman Polanski, qui a la double nationalité française et polonaise, vit à Paris mais possède un appartement à Cracovie et se rend régulièrement dans son pays d'origine.

(Wiktor Szary, avec Pawel Florkiewicz et Adrian Krajewski, Nicolas Delame et Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Raf07Ard il y a 9 mois

    Il a dû prendre position contre la récente dérive autoritaire du gouvernement polonais et participer au mouvement de défense de la constitution. Il se retrouve dans le viseur du pouvoir, comme l'ancien président Walesa ... dans ces conditions, on ne peut que lui conseiller de revenir en France !

  • mlaure13 il y a 9 mois

    Quand on passe un deal...on le respecte et point barre...:-(((