Valls et Macron : duel au soleil

le , mis à jour le
3
François Hollande, Emmanuel Macron et Manuel Valls sur le perron de l'Élysée, le 8 octobre 2014.
François Hollande, Emmanuel Macron et Manuel Valls sur le perron de l'Élysée, le 8 octobre 2014.

C'est un élu proche d'Emmanuel Macron qui raconte : « On dit que le foot se joue à 11 contre 11, mais qu'à la fin c'est l'Allemagne qui gagne. Entre Valls et Macron, c'est un peu la même chose : à la fin, c'est Hollande qui gagnera ! » Si c'est vrai, le président de la République doit se frotter les mains : depuis quelques jours, les passes d'armes entre Manuel Valls et Emmanuel Macron se multiplient. La dernière en date s'est déroulée jeudi matin, sur la question des rémunérations des dirigeants.

Interrogé sur RTL quelques jours après la rémunération accordée à Carlos Ghosn, patron de Renault, malgré l'opposition du conseil d'administration, Valls n'y va pas par quatre chemins, à son habitude. « Il faut légiférer », tranche-t-il. Quelques heures plus tard, son ministre de l'Économie allume un contre-feu. « Je pense que la loi n'est pas la bonne méthode, répond Emmanuel Macron. C'est au monde économique de montrer qu'il est à la hauteur de cela, sinon, celles et ceux qui proposent aujourd'hui une loi seront légitimes dans quelque temps à la faire. » Il y a quelques jours, le même Macron avait pourtant agité la menace d'une loi si l'avis du conseil d'administration de Renault n'était pas suivi... Menace restée sans suite, comme ça a été le cas à plusieurs reprises depuis le début du quinquennat (seules les rémunérations des dirigeants d'entreprises publiques ont été encadrées).

« Ils se cherchent,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 il y a 7 mois

    JPi - Si on laisse le monde économique le soin de réguler alors plus jamais, jamais de balladurettes, de jupettes ou de sarkozettes ou autres aides au privé quand leurs débordements se retournent contre eux.

  • M2141043 il y a 7 mois

    taxer sert à rien-> optimisation fiscale. Laisser au monde économique le soin de réguler-> on a vu avec le finance.Effectivement, donner plus de pouvoir aux actionnaires est une bonne solution, à cond que ceux ci soient pas comme des moutons a tjs tout voter avec le amen

  • M4189758 il y a 7 mois

    JPi - Si c'est légiférer c'est diminuer le pouvoir des administrateurs par rapport aux actionnaires. Sinon, et c'est le plus proche de la pensée socialiste, c'est de taxer à mort de tels salaires.