Valls érige en marqueur de gauche la lutte contre les inégalités

le
22
MANUEL VALLS PLACE LA LUTTE CONTRE LES INÉGALITÉS AU COEUR DE L'ACTION DU GOUVERNEMENT
MANUEL VALLS PLACE LA LUTTE CONTRE LES INÉGALITÉS AU COEUR DE L'ACTION DU GOUVERNEMENT

par Julien Ponthus

PARIS (Reuters) - Manuel Valls a placé mercredi la lutte contre les inégalités au coeur de l'action de son gouvernement, rejetant les critiques à gauche qui l'accusent de renier les fondamentaux socialistes avec le projet de loi sur la croissance et l'activité.

"L'égalité reste le combat de ce gouvernement", a déclaré le Premier ministre lors d'un débat organisé par la Fondation Jean-Jaurès sur le thème de l'égalité.

L'irruption de ce thème dans la communication du Premier ministre intervient alors que l'aile gauche du Parti socialiste veut en découdre avec le gouvernement sur la loi préparée par le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, y voyant un combat emblématique des différences idéologiques qui opposent les "deux gauches".

"J'entends dire que, depuis 2012, la gauche avec François Hollande aurait renié ces valeurs", a déploré Manuel Valls, rappelant son bilan ainsi que celui de son prédécesseur Jean-Marc Ayrault, notamment le rétablissement du départ à la retraite à 60 ans, le mariage pour tous ou encore la modulation des allocations familiales.

Alors que le gouvernement se prépare à annoncer vendredi un agenda des réformes dont les frondeurs redoutent une orientation libérale, le chef du gouvernement a tenu à rappeler que son action s'inscrivait à gauche.

"De tous les clivages qui ont historiquement opposé la droite à la gauche, il y en a un qui ne s'est jamais estompé, c'est celui du rapport à l'égalité. La différence noble (...) entre la droite et la gauche, elle est d'abord là", a-t-il dit en s'inscrivant dans la lignée historique de la gauche, du Front populaire au gouvernement de Lionel Jospin.

"PRÉ-DISTRIBUTION"

Répondant aux attaques du Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon, Manuel Valls a critiqué ceux qui "prétendent que c'est parce que la gauche ne serait pas assez à gauche" qu'elle est inaudible sur le thème de la lutte contre les inégalités.

"Mais alors, comment expliquer que la gauche de la gauche ait tant de mal à s'imposer dans les urnes?", s'est-il interrogé en critiquant "ceux qui pensent qu'être de gauche consiste simplement à rechercher dans les armoires du passé, dans les archives de l'Histoire, les réponses écrites et toutes trouvées aux défis d'aujourd'hui et de demain".

Le Premier ministre entend apporter sa pierre au modèle français de redistribution des richesses en y ajoutant le concept de "pré-distribution" c'est-à-dire la prévention des inégalités via l'Education nationale, avec le plan de son gouvernement contre le décrochage scolaire.

Alors que sa politique est contestée à la fois par les "frondeurs", qui la jugent libérale, et par le patronat, qui dénonce l'accumulation des contraintes, Manuel Valls tente depuis plusieurs jours de ressouder les rangs, en conviant par exemple il y a une semaine à un apéritif les parlementaires qui soutiennent sa politique.

Pour certains analystes, la réunion des fidèles de Manuel Valls et la réappropriation du thème de la lutte contre les inégalités s'inscrivent dans la préparation du congrès du PS de juin 2015, où les "frondeurs" entendent bien faire entendre leur voix.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • caogan77 le jeudi 11 déc 2014 à 21:46

    Hum ça sent mauvais quand il commence comme ça, les impôts suivent rapidement ensuite 😰😱

  • knbskin le jeudi 11 déc 2014 à 19:08

    Comme "les inégalités", ça ne veut rien dire, mettons du contenu : 1) Je vois de plus en plus de SDF dans les rues ; 2) L'Educ Nat produit 150 000 nouveaux illettrés, futures SDF par an ; 3) L'armée de millions de fonctionnaires inutiles et d'élus surnuméraires qui ne produisent RIEN est toujours beaucoup plus "égale" que les autres ; 4) Les fonctionnaires qui assurent les fonctions régaliennes se paupérisent ... Alors ? :(

  • mlaure13 le jeudi 11 déc 2014 à 19:00

    "J'entends dire que, depuis 2012, la gauche avec F. Hollande aurait renié ces valeurs", a déploré Manuel Valls, rappelant son bilan ainsi que celui de Jean-Marc Ayrault, notamment le rétablissement du départ à la retraite à 60 ans, le mariage pour tous ou encore la modulation des allocations familiales.???...DU N'IMPORTE QUOI ! C ça les réformes ???...PTDR !!!...

  • M1765517 le jeudi 11 déc 2014 à 14:13

    plutôt infIrme

  • M1765517 le jeudi 11 déc 2014 à 14:13

    la gauche la gauche, il n'a que ce mot en tête, C'est à croire qu'il gouverne pour une partie infime des français !

  • miez1804 le jeudi 11 déc 2014 à 11:41

    @M7361806: Le trés riches sont parti depuis longtemps grace a ces Bouff.on.s!

  • ljay1 le jeudi 11 déc 2014 à 11:24

    Rien sur les très hauts salaires et l'évasion financière..... !!!!!!!!!!!!!!!!!! Pourtant les premiers risques de récession et de démantèlement économique....

  • d.e.s.t. le jeudi 11 déc 2014 à 10:45

    Il a raison: nous voulons tous avoir les avantages (iniques, indécents et aberrants) des fonctionnaires! Chiche, M.Valls?

  • JOG58 le jeudi 11 déc 2014 à 10:17

    non mais Valls qui croit lutter contre les inégalités..Il ne fait que conforter tous les fonctionnaires dans leur traitement de faveur à tous niveaux. Pour lutter contre l'inégalité, il faut d'abord abroger tous ces passe-droit et avantages divers et variés des fonctionnaires, des politiques etc... et remettre la France sur les rails de la productivité. Ce n'est pas avec les mesurettes à la Macron que l'on va beaucoup avancer et encore moins avec les réactions à la Aubry. PS=ULTRANULS

  • M7361806 le jeudi 11 déc 2014 à 09:52

    l'important est de maintenir les privilèges syndicaux des fontionnaires et des trés riches pour ne pas les voir quitter la FRANCE !