Valls déjà trahi par Taubira et Bartolone !

le
1
Claude Bartolone et Christiane Taubira.
Claude Bartolone et Christiane Taubira.

"Silence dans les rangs, le chef, c'est moi, et vous êtes priés de ne pas vous éloigner de la ligne que je fixe." Voilà le message clair et impérieux que Manuel Valls a distillé depuis mardi soir à son nouveau gouvernement. Débarrassée des bruyants et encombrants Benoît Hamon, Arnaud Montebourg et Aurélie Filippetti, l'équipe Valls II devait parler d'une même voix et ne pas donner l'impression d'être un poulet sans tête qui avance dans toutes les directions avant de mourir brutalement.

L'université d'été de La Rochelle pouvait offrir l'acte I de ce grand opéra de la pacification et de la réunification. Certes, les courants allaient se réunir séparément, mais ils pouvaient prendre garde de ne pas se canarder l'un l'autre. Cela aurait été trop beau !

Samedi matin, Christiane Taubira n'a pas résisté à la tentation d'ajouter de la confusion au "foutoir" ambiant. Escortée du frondeur Christian Paul, elle est entrée à la fac de lettres de la ville où se réunissaient les sympathisants de ce courant. Le silence eût été sage, les paroles d'apaisement les bienvenues. C'est tout le contraire qui se produisit... En estimant vouloir "prendre [sa] part" au débat politique, la garde des Sceaux a ajouté dans un sourire : "Ce matin, j'y ai pris ma part et j'en assume les conséquences." "Vous croyez le Premier ministre intolérant ?" a-t-elle lâché alors qu'on lui demandait si elle mettait en porte à faux l'exécutif. Si ce n'est pas une provocation...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le samedi 30 aout 2014 à 17:22

    Un panier de crabes, de vipères....de nuisibles.