Vacances : un tiers des Français réserve au dernier moment

le
0

Selon une étude réalisée par l'institut BVA pour le réseau d'agences Foncia, près des deux tiers des Français envisagent de partir en vacances cet été.

Malgré la crise, les vacances d'été restent une priorité pour les Français. Selon une étude réalisée par l'institut BVA pour le réseau d'agences Foncia*, 63 % des Français envisagent de partir en vacances cet été. «La crise a bien sûr fait baisser la proportion de vacanciers qui avoisinait les trois quarts de la population il y a quelques années. Nous constatons d'ailleurs une forte hétérogénéité des intentions des personnes interrogées en fonction de leur catégorie socioprofessionnelle», relève Vincent Mosneron, responsable des locations pour Foncia. Sans surprise les plus nombreux à déclarer partir en vacances sont les cadres supérieurs (76 %) et les professions intermédiaires (75 %). Les hommes (68 %) sont également plus nombreux que les femmes «signe que l'égalité salariale n'est pas encore réalisée», précise Mathieu Halb, responsable du service «voix du client» pour le réseau. Les habitants de la région Île-de-France sont enfin très présents parmi les futurs vacanciers, alors que les résidents de l'ouest du pays et du bord de la Méditerranée renoncent davantage à partir. «L'Île-de-France concentre davantage de cadres supérieurs que les autres régions, et sa population est plus active, mais il serait réducteur d'en déduire que seuls les plus riches peuvent partir en vacances», explique Vincent Mosneron. Pour lui, il s'agit d'un simple arbitrage de budget. Pour les Franciliens, quitter la région parisienne pour les vacances peut être une priorité, les économies étant réalisées sur d'autres postes. Plus de la moitié des Franciliens (53 %) plébiscitent d'ailleurs le bord de mer, loin devant la montagne et la campagne.

Sur place, les deux modes de logements les plus prisés sont l'hébergement chez un proche (31 %) ou la location d'appartement ou de villa (28 %). «Ces deux types de logements sont cités indifféremment par toutes les catégories de population, contrairement au camping qui reste l'apanage des jeunes ou des ouvriers, ou la résidence secondaire que l'on retrouve surtout chez les seniors de plus de 65 ans», affirme Vincent Mosneron. Pour lui, la location est un logement qui répond à l'exigence actuelle de «récréer le cocon familial le temps des vacances alors que la vie professionnelle fait que tous les membres sont rarement réunis». Quant à l'hôtel, c'est un choix vite écarté dès lors que la famille s'agrandit. Les Français prennent cependant leur temps pour réserver. Il y a trois mois, lors de la réalisation de l'étude, seuls 38 % des personnes interrogées avaient posé une option. Selon le responsable des locations de Foncia, un cinquième des Français réalise leur réservation très tôt dans la saison, dès la fin du mois de décembre de l'année précédente. «Pour de nombreuses personnes attendre est une stratégie économique pour obtenir la meilleure offre. Un tiers de nos clients attendent le mois de juin, voire jusqu'à la mi-août pour réserver leur semaine de vacances», note -il. Et cela peut s'avérer payant: «depuis le 10 juin, nous offrons une réduction de 15 % pour toutes les réservations de dernière minute», confirme Vincent Mosneron, qui ajoute que le panel de destinations est cependant moins important.

L'étude révèle cependant que l'argument économique ne suffit pas à expliquer toutes ces réservations tardives. 28 % des Français expliquent ainsi ne pas connaître leurs dates de congés plusieurs mois à l'avance. Chez les cadres supérieurs, cette proportion atteint même 40 %. «Cela prouve que les contraintes professionnelles et les exigences des entreprises pèsent de plus en plus sur les vacances», conclut Vincent Mosneron.

* Étude réalisée auprès de 1 005 personnes représentatives de la population française, âgées de 18 ans et plus, et interrogées du 31 mars au 16 avril 2014.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant