UraMin : les dessous du roman-fiction

le
0
Vincent Crouzet, auteur de Radioactif, roman à clé sur le scandale de l'uranium.
Vincent Crouzet, auteur de Radioactif, roman à clé sur le scandale de l'uranium.

Au moment où l'affaire UraMin s'emballe - mardi dernier, les policiers ont réalisé une dizaine de perquisitions chez Areva et chez son ancienne patronne Anne Lauvergeon -, la thèse du livre Radioactif, celle d'un scandale d'État sur fond de gigantesques rétrocommissions, est désormais explorée par la justice. Le Point.fr a rencontré Vincent Crouzet, l'auteur de ce livre dérangeant.

Le Point.fr : Quel était votre objectif en écrivant ce roman à clé ?

Vincent Crouzet : Tout a commencé par une rencontre, à l'automne 2009. Par l'intermédiaire d'un ami, je suis allé voir à Londres l'un des témoins-clés de l'affaire UraMin, Saifee Durbar. Cet homme d'affaires, ancien conseiller du président centrafricain de l'époque, était l'ennemi public de la France. Il se sentait menacé et voulait dire ce qu'il savait sur ce qu'il nommait déjà un scandale d'État. L'homme, dont je connaissais la réputation, n'est pas un saint. Lors de notre premier rendez-vous, j'ai mis en doute sa version des faits.

Qu'est-ce qui vous a convaincu que Durbar disait la vérité ?

Il avait des informations précises et détenait des documents. J'ai su plus tard que l'ancien président centrafricain François Bozizé, qui s'était senti lésé dans le rachat par Areva de la mine de Bakouma, avait demandé dès 2007 à Durbar de se renseigner sur les dessous de la transaction. Ce dernier avait alors sous-traité l'enquête à une agence d'intelligence...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant