Une semaine avec une puce sous la peau

le
0
«?Implant party?». Sebastian Itan ? Urd sur sa carte de visite ?, pierceur expérimenté, implante la puce dans la main gauche de notre reporter, le 13 juin, au festival Futur en Seine, à Paris.
«?Implant party?». Sebastian Itan ? Urd sur sa carte de visite ?, pierceur expérimenté, implante la puce dans la main gauche de notre reporter, le 13 juin, au festival Futur en Seine, à Paris.

 

 

"Qu?est-ce que tu fais samedi, ça te dit de venir à l?implant party??" À la lecture de ce mail, je suis intrigué. Certes, cela fait longtemps que, pour moi, le samedi soir n?a plus grand-chose à voir avec la fièvre, mais bon, de là à me faire implanter une puce sous la peau? C?est à la Gaîté lyrique, à Paris, où se déroule le festival Futur en Seine, rendez-vous annuel consacré à l?innovation, qu?a lieu cette expérience groupée.

Un pas de plus vers l'homme augmenté

Tout commence par une table ronde classique?: Thomas Landrain, un scientifique distingué par le Massachusetts Institute of Technology, qui a ouvert dans la capitale La Paillasse, un espace d?expérimentation, explique que "le biohacking est un processus naturel de réappropriation". Il partage le micro avec Rémi Sussan, du think tank Fondation Internet nouvelle génération, et Christian Funk, de la société de sécurité informatique russe Kaspersky. Mais la vedette est Hannes Sjoblad, représentant de la Singularity University en Suède, qui explique que la puce "nous permettra de nous passer de papiers d?identité, de la carte Vitale mais aussi de tous nos badges d?accès et cartes de fidélité. C?est un pas de plus vers l?homme augmenté". Il rejoint en cela Ray Kurzweil, futurologue embauché par Google et convaincu qu?arrivera d?ici à 2029 la "singularité", ce moment où les destins de l?homme et de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant