Une ONG française sur la ligne de front de Mossoul

le
0
L'hôpital de Qayyarah, près de Mossoul, a été en partie détruit lors des combats pour libérer la ville de l'EI.
L'hôpital de Qayyarah, près de Mossoul, a été en partie détruit lors des combats pour libérer la ville de l'EI.

Il travaille depuis Paris, mais sa préoccupation est sur le terrain. Sinan Khaddaj, chirurgien, a passé une grande partie de sa carrière à Médecins sans frontières (MSF) avant de fonder Waha, petite ONG médicale qui est aujourd'hui celle qui opère au plus près de la ligne de front de Mossoul. Dernière installation en date : Qayyarah, bourg de 40 000 habitants à une soixantaine de kilomètres au sud de Mossoul. Qayyarah a été récemment libéré des djihadistes de l'État islamique (EI). Ici, on ne croise guère d'ONG occidentales, même si certaines, comme MSF, y mènent des explorations.

LIRE aussi notre reportage : À Qayyarah, la base de reconquête de Mossoul

« L'hôpital de Qayyarah était miné, donc on a commencé par travailler au centre de santé, explique le chirurgien. Les spécialistes de l'armée irakienne ont déminé l'hôpital. Les deux étages supérieurs sont détruits, il ne reste que le rez-de-chaussée et une partie du premier étage. Nous les avons nettoyés. Notre objectif est de pouvoir y rétablir au plus vite un service d'urgence avec un bloc opératoire. »

La « stabilisation » de Mossoul

L'ONG travaille, à son modeste niveau, à cette « stabilisation » de Mossoul que visent les ministres et les diplomates qui se retrouvent à Paris. « On a pour stratégie d'aller au plus proche, vers les zones où sont...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant