Une mesure contre les déserts médicaux votée en commission

le
5
MESURE VOTÉE POUR INCITER À REPEUPLER LES DÉSERTS MÉDICAUX
MESURE VOTÉE POUR INCITER À REPEUPLER LES DÉSERTS MÉDICAUX

PARIS (Reuters) - La commission des Affaires sociales de l'Assemblée a adopté mercredi, contre l'avis du gouvernement, une mesure pour dissuader les médecins libéraux de s'installer dans les zones où ils sont déjà nombreux afin de les inciter à aller dans les "déserts médicaux".

L'amendement, défendu par Annie Le Houerou (PS) dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2017, divise à la fois la majorité et l'opposition.

La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, a fait savoir qu'elle était opposée à cet amendement qui dispose que, dans les zones dans lesquelles "est constaté un fort excédent en matière d'offre de soins, le conventionnement à l'assurance maladie d'un médecin libéral ne peut intervenir qu'en concomitance avec la cessation d'activité libérale d'un médecin exerçant dans la même zone".

La députée dit proposer une solution "simple pour résoudre le problème du déficit des médecins dans certaines zones de notre territoire".

Cet amendement sera examiné la semaine prochaine lors de l'examen en séance publique de ce dernier PLFSS - adopté mercredi en commission - du quinquennat et de la législature.

L'Assemblée se prononcera le 2 novembre par un vote solennel sur l'ensemble de ce PLFSS que le Sénat examinera à son tour à partir du 15 novembre, le texte devant être adopté définitivement vers la mi-décembre.

(Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • berkowi il y a un mois

    En fait, le problème c'est que nos gouvernants ne savent pas ce que veux dire 8 mois d'attente pour un RV chez le cardiologue ou 1ans et demi (Beauvais) pour un ophtalmo, 4 à 6 mois pour un gastro et jusqu'à un an pour un diabétologue (à Amiens, car rien à Beauvais) Comme le dit fort justement frk, nos gouvernants vont au Val de Grace. Pas de problème d'attente et au pire, ils vivent à Paris et Paris au dernière nouvelle n'est pas un désert médical.

  • frk987 il y a un mois

    Même en médecine légale, là on ne peut pas dire que le médecin prend de gros risques sur la santé du mort, on n'arrive même plus à pourvoir les postes....Réveillez vous politicards, tout le monde n'a pas droit au val de Grâce en urgence !!!!!!!!

  • frk987 il y a un mois

    Continuez bien avec votre numerus clausus, on vire des étudiants à 12 de moyenne pour cause de quota et l'on importe des infirmiers roumains que l'on baptise médecins.

  • M5441845 il y a un mois

    Le problème, c'est que "des zones dans lesquelles est constaté un fort excédent en matière d'offre de soins", il n'y en a pas. Il n'y en as plus. Même la cote d'azur est simplement a l'équilibre avec une offre globalement suffisante et encore c'est limite en médecine générale et dans certaines spé. Il y a donc des zones ou il y a une faible pénurie et des zones ou il y a une forte pénurie. Résultat de 50 ans de numérus clausus aberrant.

  • frk987 il y a un mois

    La France ENTIERE est un désert médical, si tel n'était pas le cas les Samus et services d'urgences ne seraient pas débordés dans les grandes villes, ne parlons même pas des bourgades où voilà 10 ans qu'il est impossible de trouver un médecin.