Une étrange église en forme de poule, abandonnée dans la jungle

le
0

VIDÉO - Cet incroyable bâtiment a été construit en 1990 par un Indonésien. Une vision divine lui a réclamé la construction d’un temple en forme de colombe. Laissé à l’abandon, le lieu attire désormais les touristes.

Les Indonésiens habitant à proximité l’ont baptisée «l’église poulet», mais son concepteur a voulu en faire un lieu de prière en forme de colombe. C’est en 1990 que Daniel Alamsjah, 67 ans aujourd’hui a réalisé cet incroyable monument. Il explique, dans un article publié par le Daily Mail, avoir agi ainsi après une vision divine lui enjoignant de créer un «lieu de prière» au sommet d’une colline.

C’est ainsi qu’après avoir acheté 3000 m² de terrain (pour l’équivalent de 150 euros), l’homme s’est attelé à la tâche avec l’aide des villageois voisins. L’endroit, en plein de la jungle indonésienne, correspondant exactement au lieu qu’il avait vu en rêve. Pourtant en 2000, le site encore inachevé a été laissé à l’abandon par manque de moyens financiers.

Bouddhistes et musulmans

Depuis, les lieux envahis peu à peu par la végétation attirent de plus en plus de curieux, de pèlerins et de touristes ayant découvert le site sur Internet où bon nombre de reportages lui sont consacrés. «C’est sans doute à cause de ma foi chrétienne que les gens ont cru que je construisais une église, a souligné Daniel Alamsjah à la presse locale. Mais ce n’est pas une église. J’ai voulu construire un lieu de prière destiné à tous les croyants.» D’ailleurs aujourd’hui encore des bouddhistes, des musulmans comme des chrétiens se rendent encore sur place pour prier à leur manière.

Les lieux ont également servi de centre de réhabilitation pour enfants handicapés, déficients mentaux ou drogués. D’ailleurs, sous le temple se trouvent 12 chambres inachevées qui ont accueilli plusieurs pensionnaires. Désormais ce sont donc principalement des touristes qui continuent à visiter les lieux et le village tout proche de Dese Gombong commence à tirer les premiers revenus de ce passage inespéré dans cette région.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant