Un rapport invite la France à réagir pour relancer le tourisme

le
6
UN RAPPORT SUR LE TOURISME PRÉCONISE DE SORTIR DE LA SIMPLE GESTION DE CRISE
UN RAPPORT SUR LE TOURISME PRÉCONISE DE SORTIR DE LA SIMPLE GESTION DE CRISE

PARIS (Reuters) - Attentats, grèves, intempéries : la série noire en France depuis les attentats de 2015 affecte le secteur du tourisme, appelant une réaction des pouvoirs publics qui doit aller au-delà de la gestion des crises, conseille un rapport publié mercredi.

L'enquête commandée à l'ancien président de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, au lendemain des attaques du 13 novembre 2015 qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis a été remise au Premier ministre, Manuel Valls.

Les auteurs y encouragent la création d'un Observatoire national du tourisme afin de présenter une image "juste" de la réalité touristique en France, première destination mondiale qui a accueilli 84,5 millions de visiteurs étrangers en 2015.

Autre préconisation : la mise en place d'une cellule de gestion de crise dédiée au tourisme afin de délivrer une "information fiable au coeur de la crise" et de favoriser une relance coordonnée par la suite.

Pourrait aussi être imaginé un plan "Tourisme sûr" qui, "au-delà de la menace terroriste, permanente mais universelle, engloberait les dispositifs de prévention de la délinquance dans les zones touristiques".

Toujours selon le rapport, la capitale devrait se doter d'un outil spécifique, un Comité stratégique de la "Destination Paris", notamment dans la perspective des Jeux olympiques de 2024 et de l'Exposition universelle de 2025, pour lesquels Paris est candidate.

Autant d'éléments censés rassurer un secteur en plein doute.

"Du choc brutal à Paris au dernier trimestre 2015 à l'espoir d'un rebond au printemps 2016, des espoirs déçus du second trimestre 2016 sous les effets des attentats de Bruxelles, de la détérioration du climat social et des intempéries, et ce malgré l'Euro 2016, à la réplique tant redoutée de l'attentat de Nice du 14 juillet 2016, nous avons assisté ces six derniers mois à un enchaînement d’évènements plus ou moins dramatiques, une 'série noire', qui fragilise des professionnels du tourisme", écrivent-ils.

Au-delà des circonstances exceptionnelles, rien ne remplace selon eux un travail de promotion en profondeur de la "Destination France".

"Le meilleur, voire le seul, antidote aux atteintes à la réputation d'une destination ou la perte de confiance des touristes suite à des attaques terroristes reste la promotion massive de ses atouts et de son offre touristique auprès des clientèles étrangères comme nationales, à condition de choisir le moment opportun", peut-on lire.

Le tourisme représente 7,4% du Produit intérieur brut français (PIB) et deux millions d'emplois directs ou indirects.

Première destination mondiale, la France n'est qu'en quatrième position en termes de recettes touristiques derrière les Etats-Unis, l'Espagne et la Chine.

(Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sarestal il y a 3 mois

    C'est sûr que ça va aller mieux avec la centaine de migrants qui arrivent chaque jour à Paris.

  • M898407 il y a 3 mois

    Paris ou la nouvelle capitale du tourisme bas de gamme, à l'image de son maire....

  • vologda2 il y a 3 mois

    moins de touristes a paris et le type de touristes a changé, bas de game effectivement constaté comme m30 l écris

  • vologda2 il y a 3 mois

    paris est de + en + sale, bruyante ,dangereuse (canal st martin, quai de seine etc) et de moins en moins europenne, ca se sait , comme les problème de fond ne seront pas traité ca ne va pas s arranger

  • M3039634 il y a 3 mois

    Les recettes correspondant aux touristes qui arrivent en cars et mangent des sandwichs qu'ils confectionnent eux-mêmes, sont proches de zéro. Alors que les recettes des touristes qui se rendent aux US ou en Espagne, sont particulièrement élevées. Nous faisons du social dans un Pays socialiste !

  • M5723741 il y a 3 mois

    ce sont surement des socialos qui ont rédigé le rapport car ils proposent un observatoire des comités et autres organismes inutiles. Ils veulent juste dépenser l'argent du contribuable.