Un prof suspendu pour présentation "inappropriée" des caricatures

le
9

STRASBOURG (Reuters) - Un professeur d'arts plastiques d'un collège de Mulhouse (Haut-Rhin) a été suspendu pendant quatre mois à titre conservatoire pour avoir choqué ses élèves lors d'une présentation jugée "inappropriée" de caricatures de Mahomet, a-t-on jeudi appris auprès du rectorat.

Selon le recteur, cet enseignant, qui exerce depuis dix ans au collège François Villon, classé en Zep +, se serait présenté à ses élèves de 4ème, au lendemain de l'assassinat des journalistes de Charlie Hebdo, le 8 janvier, en lançant : "Je ne vous souhaite pas la bonne année parce que ça commence très mal".

Il aurait jeté son sac à terre, en aurait sorti des caricatures de Mahomet, dont l'une représentant le prophète nu, et aurait lancé : "Je vous demande de regarder ça".

A un élève lui avouant sa gêne, il aurait répliqué : "Dans mon cours, c'est moi le boss. Tu regardes et après, si tu veux m'assassiner avec ta kalachnikov, tu pourras le faire".

Dans ce collège où 70% des élèves sont d'origine immigrée, selon la Fédération des conseils de parents d'élèves, l'incident a suscité une vingtaine de lettres d'élèves adressées à la principale et une manifestation des parents.

Le recteur d'académie, Jacques-Pierre Gougeon, insiste sur le caractère "conservatoire" de la mesure, qui ne prive pas l'enseignant de son salaire, et sur le fait qu'une éventuelle sanction ne sera prise qu'après un examen complet des événements.

"J'ai pris cette mesure pour le protéger, pour protéger le site et pour protéger la communauté éducative. Il faut extraire la violence de l'école", a-t-il dit à Reuters.

L'enseignant, dont les qualités pédagogiques ne sont pas mises en cause, aurait reconnu avoir "dérapé" sous le coup d'un excès d'émotion.

Jean-Marie K½lblen, secrétaire départemental de la FSU du Haut-Rhin, juge pour sa part "la réaction de l'institution totalement disproportionnée".

"Que les élèves soient choqués par les caricatures, on peut l'entendre, mais il faut rappeler qu'on est dans la République et que la République est laïque", a-t-il dit à Reuters.

Le syndicaliste rappelle que la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a elle-même demandé aux enseignants de parler avec leurs élèves des attentats de la semaine passée et des valeurs de la République.

"J'ai des tas d'exemple dans toute l'académie où des enseignants utilisent les caricatures dans leur cours en présentant les choses avec discernement et en gardant la distance nécessaire", souligne pour sa part Jacques-Pierre Gougeon.

(Gilbert Reilhac, avec Patrick Genthon à Mulhouse, édité par Marine Pennetier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sense78 le vendredi 16 jan 2015 à 10:51

    Des professeurs ont-ils été sanctionnés pour avoir renoncé à demander de respecter une minute de silence, pour avoir reculé devant un auditoire "hostile" ? Il est plus facile d'aller dans le sens du troupeau que d'inculquer des valeurs, et une discipline intellectuelle.

  • M8129092 le vendredi 16 jan 2015 à 10:41

    pour une fois qu'un prof se fait respecter,il est sanctionné ,c'est le recteur qu'il faut sanctionner

  • M415325 le vendredi 16 jan 2015 à 08:25

    Un prof qui dérape sous l'effet de l'émotion qu'a-t-il entendu pour en arriver à déraper car il est reconnu dans le texte ses qualités pédagogiques ne sont pas mis en cause, n'a t il pas été outré pour se sentir agressé verbalement comme l'ont été les gens de Charlie ????? Attention la vie de prof n'est pas un long fleuve tranquille quand on sait que les enfants répètent les propos de leurs parents!!!!!!!! Qu'à t il entendu ?

  • M415325 le vendredi 16 jan 2015 à 08:14

    Collusion des parents face à un prof qui est forme pour apprendre une matière et non pour faire le travail des politiques qui ont failli depuis plus de 30 ans sur l'appliquait on de la laïcité. qui nous dit que ses propos n'ont été détournés du contexte car les parents d'élèves ne sont pas des anges et je suis de tous cœur avec cet enseignant abandonner par un proviseur qui comme dans bien des cas ne soutient pas leurs profs pour avoir la paix i comme dans bien des établissement.

  • M9080875 le vendredi 16 jan 2015 à 08:12

    Mais ouvrir les yeux n'est pas facile quand on se dit de "gauche" (laissons faire , ne stigmatisons pas). Ben OUAIS faut oas s'étonner aujourd'hui les cocos !!!

  • M9080875 le vendredi 16 jan 2015 à 08:10

    Dans les année 80 les profs avaient encore l'autorité pour se faire entendre et ainsi diffuser le savoir et la culture française, tout comme ce prof relaté. Aujourd'hui l'autorité a changé de camp, et ce sont ces parents "d'origine immigrée" (magrébine faut-il le souligner ? ah non sinon on stigmatise...) qui sont "autoritaire" en imposant la peur, la crainte et la terreur....N'etes pas d'accord? demandez donc aux profs que vous connaissez, ils vous le diront de vive voix

  • M6418959 le vendredi 16 jan 2015 à 04:29

    Les parents sont responsables de l'éducation de leurs enfants, les profs, de l'instruction. Les parents, toujours responsables des actes de leur enfants, ont baissés les bras , donc le jeune pousse et repousse les limites et comme, ils n'en ont plus, suite à la défaillance des parents dans leur,foyer, hérite d'une bombe à retardement et après, on s'étonne qu'ils disjonctent , n'étant pas soutenu par leur hiérarchie.

  • s.thual le vendredi 16 jan 2015 à 01:44

    c est plus un college Français alors !,,,c est ca l integration ?

  • Pathor le vendredi 16 jan 2015 à 00:12

    " Dans ce collège où 70% des élèves sont d'origine immigrée "......