Un proche de l'ultra-droite condamné pour détention d'armes

le
0
SIX MOIS DE PRISON FERME POUR DÉTENTION D'ARMES
SIX MOIS DE PRISON FERME POUR DÉTENTION D'ARMES

BORDEAUX (Reuters) - Un ancien militaire proche de l'ultra-droite chez qui les gendarmes avaient découvert en janvier des armes et des munitions a été condamné mardi à six mois de prison ferme pour détention d'armes, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

L'homme, âgé de 26 ans, a également été condamné par le tribunal correctionnel de Libourne (Gironde) à une interdiction de détenir des armes soumises à déclaration pendant trois ans.

Le 19 janvier, lors d'une perquisition dans le cadre de l'état d'urgence à son domicile à Libourne, les gendarmes avaient saisi trois armes longues et 500 munitions. Trois autres armes avaient été saisies au domicile de sa compagne.

Il avait déjà été condamné en octobre 2014 à trois ans de prison dont 18 mois avec sursis pour avoir lancé en 2012 un cocktail Molotov sur la mosquée de Libourne.

Présenté par les enquêteurs comme raciste, le condamné avait également été interpellé en août 2013 alors qu'il projetait de tirer sur une mosquée de Vénissieux, près de Lyon.

Pour sa défense, il a déclaré qu'il avait acheté une arme sans savoir qu'elle était soumise à déclaration et que le reste venait de son père, qui lui avait demandé de les conserver.

Parallèlement, une perquisition au domicile de son père à Belin-Beliet, dans le sud de la Gironde, avait permis de découvrir 28 armes et plus de 12.500 munitions, ainsi qu'un atelier pour la fabrication de munitions.

Le père, âgé de 56 ans, a été placé en détention lundi pour avoir violé son contrôle judiciaire sur l'interdiction de détenir des armes, a indiqué à Reuters une source proche du dossier confirmant une information du journal Sud-Ouest.

(Claude Canellas, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant