Un an après Charlie, la France reste aux prises avec ses démons

le
1
UN AN APRÈS CHARLIE, LA FRANCE RESTE AUX PRISES AVEC SES DÉMONS
UN AN APRÈS CHARLIE, LA FRANCE RESTE AUX PRISES AVEC SES DÉMONS

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Les attentats de Paris contre Charlie Hebdo et l'Hyper Casher, il y a un an, et plus encore ceux du 13 novembre, ont contribué à activer la recomposition politique en cours en France mais laissé entières les fractures dont souffre le pays.

Les 17 morts de l'hebdomadaire satirique et du magasin juif de la porte de Vincennes ont fait défiler dans la rue, le 11 janvier 2015, des millions de gens derrière une cinquantaine de dirigeants du monde entier venus exprimer leur solidarité.

Mais "l'esprit du 11 janvier" n'a pas survécu aux débats sur la nature de ce sursaut populaire, au refus d'une partie de la population de se rallier au slogan "Je suis Charlie" et aux jeux politiques traditionnels, qui ont vite repris le dessus avec la campagne des élections municipales de mars.

L'horreur des 130 morts du 13 novembre, en pleine campagne électorale des régionales, marquée par la montée en puissance du Front national, n'aura fait taire les polémiques politiciennes que le temps d'un Congrès convoqué en urgence à Versailles.

Est-ce à dire que rien n'a changé depuis un an ? Evidemment non, estiment des analystes interrogés par Reuters, sans nier le caractère souvent contradictoire des évolutions constatées.

Les attentats djihadistes de 2015 ont "créé un besoin d'unité, de rassemblement et de réaffirmation de la cohésion nationale" en même temps qu'un "climat d'insécurité permanent", estime ainsi le député socialiste Christophe Caresche.

"C'est le pays qui a obligé par le bas le personnel politique" à répondre à cette "aspiration au rassemblement de la nation" après les attentats de janvier, renchérit le président de la société de conseil CAP, Stéphane Rozès.

Une aspiration confirmée par les sondages et renforcée par le caractère massif et aveugle des attentats du 13 novembre.

Pour Christophe Caresche, le discours de François Hollande devant le Parlement réuni en congrès le 16 novembre, puis ses voeux aux Français le 31 décembre, ont marqué sa volonté de "capter ce sentiment" et de l'incarner.

INFLEXION SÉCURITAIRE

Après avoir reçu les dirigeants des principaux partis, y compris du FN, il a donné à son discours de Versailles une nette inflexion sécuritaire en reprenant des propositions de la droite comme la déchéance de nationalité pour faits de terrorisme.

Pour le chef de l'Etat, ce ralliement est le prix à payer pour l'adoption par une majorité des trois cinquièmes d'une révision de la Constitution pour intégrer l'état d'urgence.

Si le durcissement du discours sécuritaire a ouvert une nouvelle bataille au Parti socialiste, les sondages montrent que ce durcissement est désormais soutenu par une très large majorité de l'opinion, gauche et droite confondues.

C'est aussi au nom de "l'unité nationale" que le chef de l'Etat a annoncé le 31 décembre des mesures en faveur de la formation des chômeurs et de l'apprentissage pour lutter contre un chômage qu'il n'est toujours pas parvenu à enrayer.

A droite, la montée du FN aidant, plusieurs dirigeants du parti Les Républicains (LR), dont l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin et le nouveau président de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Xavier Bertrand, élu grâce au retrait de la gauche, ont également plaidé pour un dépassement des clivages partisans traditionnels sur des sujets comme l'emploi.

Ce discours se heurte cependant, dans les deux camps, à la résistance des tenants d'un clivage droite-gauche pur et dur, comme le président de LR et ex-chef de l'Etat Nicolas Sarkozy, déterminé à reconquérir l'Elysée en 2017.

Le principal rival de Nicolas Sarkozy pour la primaire de LR, Alain Juppé, qui semblait jusqu'ici pouvoir incarner à droite l'aspiration à l'unité nationale des Français, a lui-même durci son discours contre le gouvernement et sur la sécurité.

"Ça va être l'enjeu de 2016 : est-ce qu'une perspective d'unité nationale s'affirme et s'incarne politiquement ou est-ce qu'on revient à un clivage classique ?" souligne Christophe Caresche. "La primaire de LR gèle probablement toute possibilité de rapprochement et de recomposition."

FRACTURES

Pour le politologue Thomas Guénolé, cependant, cette recomposition relève du "fantasme d'éditorialiste".

"Les enquêtes d'opinion montrent que la majorité de la population française veut l'union nationale mais qu'elle est composée de sous-groupes qui se détestent de plus en plus les uns les autres", explique-t-il.

Pour le dirigeant de l'institut Ipsos Brice Teinturier, les régionales de décembre, perdues par le PS mais pas vraiment gagnées par la droite et marquées par la montée du FN, ont démontré la persistance de fractures sociales profondes.

"Plusieurs France s'entrechoquent", explique-t-il. "Celle des grandes métropoles qui se projettent vers l'avenir, celle qui se désindustrialise et a l'impression d'être broyée par la mondialisation, et une France indifférente, urbaine, des banlieues, qui se sent oubliée de la République."

Ces fractures socio-économiques se doublent d'une crispation sur la question de la religion, particulièrement de l'islam, alors que cinq à six millions de Français sont musulmans.

"Le rapport à l'islam s'est beaucoup dégradé, la méfiance s'est installée, il y a une tentation d'amalgame", reconnaît Christophe Caresche. "C'est une question qu'il faut traiter. Il faut que les conditions de la pratique de cette religion soient compatibles avec la République."

Le basculement de jeunes Français dans le djihadisme et les attentats de 2015 ont également été une fois de plus l'occasion d'une remise en cause du modèle français d'intégration.

Le Premier ministre, Manuel Valls, a ainsi dénoncé dès janvier un "apartheid territorial, social et ethnique".

Mais pour le président de SOS Racisme, le problème reste entier et aurait même empiré à en juger par une recrudescence des plaintes pour discrimination adressées à son organisation.

Dominique Sopo déplore que les dirigeants politiques français aient adopté une posture morale consistant "à dire qu'il y a une partie de la population à rééduquer", plutôt que d'affronter les défis économiques et sociaux de l'intégration.

Pour Stéphane Rozès, "le pays ne peut pas en rester là" : "Est-ce que notre pays a encore un destin commun ? Ça sera le sujet de 2017", souligne-t-il.

(Avec Ingrid Melander)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • brinon1 il y a 11 mois

    y a t il un destin commun entre Versailles, Passy, Cimiez ....et Saint Denis , Villeurbane et Roubaix ?