UMP : histoire d'un bureau politique pas comme les autres

le
0
Le bureau politique de l'UMP pour déterminer les règles de la primaire de 2016 s'est déroulé sans tension. Ou presque.
Le bureau politique de l'UMP pour déterminer les règles de la primaire de 2016 s'est déroulé sans tension. Ou presque.

À voir les visages des ténors UMPistes qui s'échappent du siège de la rue de Vaugirard ce mardi soir, on croirait presque que l'UMP vient de se livrer à 1 h 30 de câlinerie collective. "Je suis très content, on est arrivé à créer un processus clair, carré, tout le monde est d'accord et cette règle du jeu va garantir l'unité de l'UMP dans les deux ans qui viennent", se réjouit le grand organisateur de la primaire, Thierry Solère. Comme lui, ses camarades sont heureux, sereins, souriants, et même les candidats putatifs affichent une placidité perturbante. À peine sorti du bureau politique, le connecté Alain Juppé tweete : "Bonne nouvelle : l'UMP choisit les primaires largement ouvertes. Une étape décisive est franchie." Puis, une poignée de minutes plus tard : "Le cadre est posé. Maintenant, le contenu : des réformes courageuses pour faire redémarrer la France. Préparons-les ensemble."Le cadre en question est celui sur lequel ont planché pendant des mois Thierry Solère et son groupe de travail. Résumons. Une primaire ouverte les 20 et 27 novembre 2016, à laquelle pourront se présenter les candidats ayant obtenu les parrainages de 2 500 militants, 250 élus dont, nouveauté du jour, 20 parlementaires au lieu des 25 proposés par la commission d'organisation du scrutin. Les votants disposeront - autre modification - de 10 000 bureaux de vote au lieu des 8 000 proposés initialement. Enfin, dernier point de débat tranché ce soir : l'avenir du...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant