Turquie : une opposition fantôme face à l'autoritarisme d'Erdogan

le
1
Face à la tentative de coup d'État, la réponse du président turc Recep Tayyip Erdogan a été impitoyable.
Face à la tentative de coup d'État, la réponse du président turc Recep Tayyip Erdogan a été impitoyable.

Bientôt quatre mois se sont écoulés depuis la sanglante tentative de coup d'État contre le pouvoir turc. Face à cette trahison de l'intérieur, la réponse du président Recep Tayyip Erdogan a été impitoyable. En plus de cent jours, près de 150 000 personnes (des fonctionnaires, des soldats, des juges, etc.) ont été arrêtées ou démises de leurs fonctions dans une vaste « chasse aux sorcières » contre les partisans de Fethullah Gülen, imam en exil aux États-Unis et cerveau présumé du putsch manqué.

Depuis plusieurs semaines maintenant, cette purge s'est étendue aux opposants historiques d'Erdogan et de son parti islamo-conservateur, l'AKP. Le 31 octobre, une vaste opération de police a ainsi frappé le grand quotidien Cumhuriyet

, connu pour ses prises de position et ses révélations frappant les sphères du pouvoir. Plusieurs membres du journal, dont le rédacteur en chef Murat Sabuncu et l'une de ses grandes plumes, Kadri Gürsel, ont été placés en détention. La justice les accuse de soutenir le mouvement Gülen ainsi que les rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), organisation placée sur la liste des groupes terroristes par la Turquie, l'UE et les États-Unis.

À peine le temps de s'indigner que, début novembre, c'est au tour de l'opposition politique d'être dans le viseur du pouvoir turc. Dans la nuit du 4 novembre, une dizaine d'élus du Parti de la démocratie...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2687570 il y a 4 semaines

    La fuite en avant ! Après le putsch, que va t-il inventer pour se maintenir au pouvoir ? partir dans des guerres régionales ? Il est un peu comme vlad, leur histoire doit se finir dans une prison ou pire, dès qu'ils perdront le pouvoir, ce sera procès etc...