Turquie : la divine surprise d'Erdogan

le
0
Le président turc, un allié à la fois incontournable et infréquentable pour les Européens.
Le président turc, un allié à la fois incontournable et infréquentable pour les Européens.

Recep Tayyip Erdogan se frotte les mains. Il entrevoit que la question des migrants, devenue un casse-tête pour l'Union européenne, pourrait lui permettre de redorer son blason sur la scène internationale. Il va peut-être déchanter.

Un premier tri des réfugiés

Les Européens ont besoin de l'autoritaire et dangereux président turc. Son pays abrite 2,2 millions de réfugiés, en grande majorité des Syriens, qui ont fui les bombardements. Or, l'Union européenne voudrait bien que la Turquie fasse un premier tri entre réfugiés politiques et réfugiés économiques, et, plus encore, qu'elle accepte de reprendre ceux qui, en Europe, ne peuvent prétendre au statut de réfugié de guerre. Une demande guère acceptable. À Bruxelles, ce jeudi, lors d'une quatrième réunion des chefs d'État consacrée aux migrants, l'Union a donc proposé 1 milliard d'euros pour alléger l'énorme fardeau financier que les réfugiés font peser sur la Turquie. Celle-ci a répondu qu'elle souhaitait 3 milliards. Angela Merkel a précisé que les Turcs ont déjà dépensé 7 milliards pour les réfugiés et simplement reçu 1 milliard d'euros de l'Europe. L'UE pourrait débloquer les 3 milliards demandés.

Des visas pour 78 millions de Turcs

Deuxième souhait d'Erdogan : profiter de sa position d'allié indispensable pour accélérer les négociations sur les visas pour l'ensemble des Turcs. Ils sont 78 millions. Tous les responsables européens ? dont...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant