Turquie : Erdogan se défend de vouloir instaurer un système dictatorial

le
0
Recep Tayyip Erdogan espère pouvoir se rapprocher de Donald Trump et des États-Unis.
Recep Tayyip Erdogan espère pouvoir se rapprocher de Donald Trump et des États-Unis.

La victoire du « oui » au référendum constitutionnel dimanche dernier en Turquie a sensiblement renforcé les pouvoirs de Recep Tayyip Erdogan. Malgré des résultats très serrés et contestés par l'opposition, le président turc s'appuie sur la légitimité que lui donne son peuple pour bâtir un nouveau système politique basé sur des prérogatives élargies pour le chef de l'État. De quoi faire naître les craintes d'une dérive dictatoriale. Craintes que Recep Tayyip Erdogan a balayées dans un entretien à CNN.

Pour sa première interview post-victoire, il a ainsi assuré que le référendum était « un changement, une transformation dans l'histoire démocratique de la Turquie ». « Là où les dictatures existent, il n'y a pas de système présidentiel. Ici, il y a des urnes pour voter. La démocratie obtient son pouvoir du peuple. C'est ce que nous appelons la volonté nationale », a insisté le président turc. Sa réforme, qui devrait être appliquée à partir de 2019, prévoit notamment la suppression du poste de Premier ministre, des pouvoirs judiciaires accrus pour le chef de l'État, qui gouverne par décrets.

Une rencontre avec Donald Trump ?

Recep Tayyip Erdogan n'entend pas collaborer avec l'opposition en dépit d'une victoire obtenue de justesse dimanche, le « oui » ayant obtenu 51,4 % des suffrages exprimés. « J'ai un passé de footballeur. Ce n'est pas important de gagner 1-0 ou...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant