Turquie : des supporteurs de foot accusés de tentative de coup d'État

le
0
Le 31 mai, des membres du Çarsi, le club de supporteurs du club stambouliote de Besiktas, prennent part aux manifestations contre Erdogan.
Le 31 mai, des membres du Çarsi, le club de supporteurs du club stambouliote de Besiktas, prennent part aux manifestations contre Erdogan.

Des "criminels" qui se sont organisés pour fomenter "un coup d'État" : tel est l'acte d'accusation terrible à l'encontre de 35 supporteurs du plus vieux club de football de Turquie, Besiktas. Les 35 hommes qui ont pris part à la fronde anti-Erdogan de 2013 ont tenté de "répandre une image (des événements) similaire à celle des printemps arabes en fournissant à la presse étrangère des photos d'affrontements aux fins de renverser par des moyens illégaux le gouvernement légal de la Turquie", selon l'accusation. Ils risquent la prison à vie.

Le procès s'est ouvert à Istanbul. De nombreux supporteurs sont arrivés aux abords du palais de justice pour soutenir les prévenus, encadrés par la police. "C'est la première fois dans le monde que des supporteurs de football sont accusés de coup d'État, c'est inouï", s'est indigné l'un de leurs avocats, Efkan Bolaç, sur la chaîne CNN Türk. "Nous ne pensons pas qu'il s'agisse d'une procédure qui doit être prise au sérieux. (...) Le pouvoir a tendance à considérer comme putschistes tous ses opposants", a-t-il affirmé.

Un héritage kémaliste

La révolte de 2013 avait débuté à la fin mai par la mobilisation de militants écologistes opposés à la destruction d'un petit jardin public, Gezi, sur la place Taksim d'Istanbul. Après une violente intervention des forces de l'ordre, la mobilisation s'est muée en une vague de contestation politique sans précédent contre la dérive jugée autoritaire...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant