Tunisie : une katiba exécute un berger et revendique le meurtre d'un imam 

le
0
Pour la prmeière fois, un berger a été tué par une katiba.
Pour la prmeière fois, un berger a été tué par une katiba.

Lundi matin, l'armée tunisienne a subi un revers en menant une traque contre un groupe armé sur le mont Samama, dans le centre-ouest du pays. Une traque déclenchée par l'enlèvement de deux bergers dimanche dans la région de Kasserine. L'un a été libéré, l'autre assassiné. La katiba Oqba Ibn Nefâa a revendiqué cette action, qualifiant le pâtre « d'espion » à la solde des « mécréants ».

La situation des bergers et des gardes forestiers est de plus en plus difficile dans cette région. Ils sont isolés dans un environnement hostile. Entre les forces de l'ordre qui les pressent de les avertir de tout mouvement et des djihadistes en embuscade, les bergers sont pris en tenailles. C'est la première fois qu'un berger est tué par une katiba. Un meurtre qui s'ajoute à celui d'un imam de Sbeïtla (à 30 kilomètres de Kasserine), accusé de complicité avec les forces de l'ordre. Il avait procédé aux funérailles d'un soldat. On avait retrouvé son corps le 30 août.

Nouvelle cible des djihadistes : les civils en lien avec les forces de l'ordre

Les terroristes ont toujours pris soin de ne pas viser les civils tunisiens. Avec la revendication des meurtres d'un berger et d'un imam, les commanditaires de ces actes ne se contentent plus de menacer les citoyens qui auraient des liens avec les « taghouts » (les « mécréants »). Désormais, ils les tuent. Preuve d'une escalade de la violence. Les terroristes s'en prennent à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant