Tuerie de Charlie Hebdo : "Franck a été sacrifié"

le
0
La veuve du policier tué à Charlie Hebdo, Franck Brinsolaro, pointe du doigt d'éventuels dysfonctionnements dans le dispositif de sécurité. 
La veuve du policier tué à Charlie Hebdo, Franck Brinsolaro, pointe du doigt d'éventuels dysfonctionnements dans le dispositif de sécurité. 

Les mots sont forts, poignants. Mardi matin, Ingrid Brinsolaro, la veuve du policier tué dans les locaux de "Charlie Hebdo" alors qu'il devait assurer la sécurité de Charb, s'est exprimée au sujet d'une plainte qu'elle a déposée contre X. "Pour moi, Franck a été sacrifié", a-t-elle dit sur RTL, précisant que son mari "regrettait le manque de sécurité dans les locaux", qu'il désignait volontiers comme une passoire.

"Je me suis toujours dit depuis le début : ça n'aurait pas dû arriver. Pourquoi était-il seul à assurer la défense de Stéphane Charbonnier ?", s'interroge-t-elle. Avant de poursuivre : "On a tout perdu ce jour-là. On était heureux, amoureux, on était une petite famille épanouie. On est morts, mais on est obligés de vivre." Lundi, Me Philippe Stepniewski, son avocat, avait déjà évoqué une plainte contre X pour homicide involontaire aggravé.

Il ne s'agit pas d'être "dans la polémique", avait insisté Me Stepniewski, mais Ingrid Brinsolaro veut "des réponses aux questions" qu'elle pose depuis un an. Si dysfonctionnement il y a eu, l'épouse du policier "veut que des responsabilités soient prises", avait ajouté l'avocat. Se confiant au Point.fr le 14 juillet dernier, Ingrid Brinsolaro ne mâchait pas ses mots : "Je peux juste vous dire que les victimes de l'attentat issues de la police sont maltraitées et méprisées par le gouvernement."

Source Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant