Transport aérien : la desserte Abidjan-Paris de nouveau sous le monopole d'Air France

le
0
L'Airbus A380, l'arme fatale pour séduire les passagers.
L'Airbus A380, l'arme fatale pour séduire les passagers.

Des rencontres au plus haut sommet de l'État ivoirien et du groupe Air France-KLM ont eu lieu à Paris lors de la COP21, puis à Abidjan la semaine dernière à l'occasion de la célébration du 75e anniversaire de la desserte aérienne. À l'ordre du jour, la baisse des tarifs des vols directs. Elle ne concerne plus, pour cet hiver, qu'Air France depuis que Corsair a suspendu récemment sa ligne vers Orly.

Les taxes sur les billets s'envolent

Le prix des billets est impacté par différentes taxes (taxe Chirac, du tourisme, des écoles près de l'aéroport). Sur 100 euros de taxes et de redevances liées au billet, près de 65 euros ne concernent pas l'aéroport ou l'aviation, mais vont dans la poche de l'État ou des collectivités. Elles pourraient être modérées, ce qui représente 10 % du tarif d'appel vers Abidjan-Paris en classe économique. Sans compter les 60 euros de visa vers la France ou 73 euros vers la Côte d'Ivoire. La main sur le c?ur, Alexandre de Juniac, PDG d'Air France-KLM, promet que le prix des billets n'augmentera pas. Les capacités de la ligne en sièges vont, elles, être à la hausse avec une quatrième desserte hebdomadaire Paris-Abidjan en Airbus A380 pendant les fêtes de fin d'année. Le super jumbo, c'est « l'arme fatale », l'avion qui séduit les passagers. En août dernier, le remplissage de l'A380 atteignait 95 %. Autant dire qu'il ne restait que des miettes de trafic rentable à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant