Trading en ligne: comment repérer et éviter les sites escrocs ?

le
0

CONSO PRATIQUE - Les Français ont perdu 4,5 milliards d'euros en six ans à cause d'arnaques financières sur Internet. Les sites illégaux poussent comme des champignons. Le Figaro vous explique comment les repérer et éviter l'escroquerie.

Les Français sont de plus en plus nombreux à succomber aux argumentaires publicitaires des sites de trading, ces sites qui vous proposent de placer votre argent sur des produits financiers, alors que les livrets A et autres produits d'épargne ne rapportent presque plus rien. Problème: si certains de ces sites sont légaux et autorisés par les régulateurs français, d'autres poussent comme des champignons et sont en réalité des escrocs. L'Autorité des marchés financiers (AMF) en recense 380 aujourd'hui contre 4 en 2010! La somme des montants escroqués par ce biais ces six dernières années donne le vertige: pas moins de 4,5 milliards d'euros. Forex, options binaires, offres de crédit, produits atypiques, ces sites diversifient leurs offres de placements et risquent donc de faire de plus en plus de dégâts. Le Figaro vous explique comment éviter ces arnaques.

• Quels sont les risques?

«Le premier risque, important, est celui de vous faire perde votre argent en quelques minutes», résume Assurance, Banque, Epargne Info Service, un site proposé par l'AMF, l'ACPR, le régulateur de la banque et de l'assurance, et la Banque de France. N'est pas trader qui veut, quoi qu'en disent les publicités des sites de trading. «Il est très difficile de prévoir l'évolution à très court terme (quelques minutes, quelques heures, quelques jours…) du cours d'une monnaie, d'un indice bousier ou d'une matière première», insistent les autorités. «De plus, sur le Forex ou via des CFD, le trading est proposé avec ce que l'on appelle un 'effet de levier' qui multiplie les gains…ou les pertes.» Il peut aller jusqu'à ...1000 fois la mise!

• De quoi faut-il se méfier pour éviter les pièges?

Plusieurs techniques utilisées par les sites illégaux peuvent vous alerter, à condition d'y payer attention. «Il faut se méfier des taux de rentabilité mirobolants que certaines officines peuvent proposer: il n'y a pas de rendements élevés garantis!», rappellent tout d'abord les autorités. «Il faut se méfier des discours de soi-disant 'conseillers' qui, sans même connaître l'épargne de l'investisseur, vont proposer des produits 'innovants réservés à quelques privilégiés'. Ce discours, surtout si l'on ne maîtrise pas le domaine d'investissement proposé, doit alerter.» Enfin, et surtout, ne pas céder à l'adrénaline: «Il faut également savoir résister à la pression et réfléchir avant d'agir. Si le 'conseiller' indique que demain il sera trop tard, qu'il s'agit des dernières opportunités... le seul conseil à donner est de fuir!»

• Comment vérifier si un site est autorisé en France?

«L'argent placé doit l'être auprès d'interlocuteurs autorisés et agréés par les autorités, c'est à dire 'ayant pignon sur rue'», recommandent l'AMF, l'ACPR et la Banque de France. Comment les reconnaître? «Pour vous assurer que l'intermédiaire qui vous propose des produits ou services financiers est autorisé à opérer en France, vous pouvez consulter la liste des prestataires de services d'investissement habilités (www.regafi.fr) ou la liste des intermédiaires autorisés dans la catégorie conseiller en investissement financier (CIF) ou conseiller en investissements participatifs (CIP) (www.orias.fr)», détaille l'AMF dans une fiche pratique. Pour effectuer une vérification, il suffit de saisir le nom ou une partie de la dénomination de l'organisme dans le moteur de recherche. D'autres sites vous aident à vérifier les autorisations des intermédiaires financiers.

• À l'inverse, peut-on savoir si un site est illégal?

L'AMF publie régulièrement des «listes noires» des sites Internet et entités proposant des placements risqués en France, sans y être autorisés. Ces listes se concentrent sur les produits du Forex (marché des changes) et des options binaires. «Attention, cette liste peut ne pas être complète car de nouveaux acteurs non autorisés apparaissent régulièrement, prévient le régulateur. L'AMF a mis en place une équipe dédiée pour répondre aux question des particuliers: Epargne info service, joignable au 01 53 45 62 00 du lundi au vendredi de 9h à 17h ou en remplissant un formulaire sur le site.

• Quels sont les recours en cas d'escroquerie?

Il n'existe en réalité quasiment aucun recours, en raison de l'implantation à l'étranger (Chypre, Malte, Russie ou Israël) de ces escrocs. Mais aussi du fait qu'ils utilisent des montages complexes et éphèmères, ce qui rend leur identification et leur localisation difficile. Les autorités conseillent de porter plainte rapidement auprès du procureur de la République, de contacter la DGCCRF ou encore la plateforme Info Escroqueries (au 0811 02 02 17). «Sachez toutefois qu'un dédommagement sera très difficile à obtenir, voire impossible.» Avant même que le client ne se rende compte de l'arnaque, le site a siphonné l'argent qui a été transféré immédiatement vers des paradis fiscaux où il devient intraçable... C'est pourquoi l'UFC-Que Choisir, contactée épisodiquement par des internautes qui lui demandent quelles sont leurs chances de récupérer leur mise, répond, fataliste: «Elles sont nulles! Les consommateurs qui s'essaient au Forex (...) avec un courtier exotique le font à leurs risques et périls, sans possibilité de recours.»

SERVICE: Economisez du temps et de l'argent sur vos transferts d’argent à l’international avec World First

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant