Toys'R'Us retire de ses rayons les jouets représentant des armes

le
1

La direction de l'enseigne a décidé de retirer de la vente 23 références de jouets de type pistolets ou mitraillettes, après les attentats de vendredi dernier à Paris.

Après les fusillades qui ont coûté la vie à 130 personnes le week-end dernier à Paris, l'enseigne de jouets Toys'R'Us a décidé de retirer les produits représentant des armes de ses 48 magasins en France. «La direction de Toys'R'Us a demandé à ses directeurs de magasins en France de retirer des rayons 23 références de jouets ressemblant à des armes à feu», a indiqué le groupe, confirmant une information de France Info. Ces produits incluent, par exemple, des pistolets ou mitraillettes.

«Cette décision fait suite aux attentats de Paris. Elle a été prise car ces jouets ressemblaient à s'y méprendre à des armes à feu réelles. Cela pouvait donc être source de confusion pour les forces de l'ordre», a expliqué la direction. L'enseigne n'a pas précisé si cette décision était provisoire ou non, à quelques semaines de Noël. D'autres jouets type sabre laser ou pistolets à eau seront, en revanche, toujours vendus dans les points de vente de l'enseigne.

Un mail a été envoyé en début de semaine à tous les directeurs de magasin pour leur signifier cette décision, précise le responsable d'un point de vente Toys R Us de l'Est de la France au Figaro. Il s'agit, selon lui, d'éviter «toute psychose après les événements tragiques qui se sont déroulés la semaine dernière». Aucun autre directeur de magasin n'a souhaité s'exprimer sur cette mesure qui paraît sensible. Interrogé sur le sujet, JouéClub a déclaré avoir réduit «les gammes de ce type de produits. JoueClub compte accélérer cette démarche et ne mettra plus de copie d'armes de combat dans ses prochains catalogues. Il appartient aux parents de juger ce qu'ils considèrent comme le bon ou le mauvais jouet, tous ne placent pas le curseur au même niveau».

Bannir le vocabulaire guerrier

Une semaine après les attaques, la population reste sonnée. Un état de choc qui se traduit dans les comportements de consommation. «Depuis une semaine, il y a une hypersensibilité de nos consommateurs à tout ce qui touche la violence», explique un porte-parole d'Auchan, dont de nombreux clients ont fait part de leur désapprobation face à la mise en rayons de la nouvelle version du jeu vidéo «Call of Duty», réputé pour son côté brutal. Le groupe a aussi fait passer en interne des consignes pour bannir le vocabulaire guerrier (ou négatif) du langage de ses employés, comme la «guerre des prix», les produits «bombes» et bien évidemment l'inapproprié «Black Friday», devenu le «Crazy Week-end».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nab1234 le samedi 21 nov 2015 à 15:54

    soit je suis contre la violence meme si malheureusement on ne vit pas au pays des bisounours mais interdire le pistolet pour un gamin de 5 ans qui reve de justice et etre policier c pas pareil que les ado et adultes jouant a call of duty blacks op. ces jeux " plus dangereux " sont ils toujours en rayons je craint que oui. c du marketing pour donner bonne figure et faire de la pub gratuite.