Touraine dénonce un "climat culpabilisateur" sur l'IVG en France

le
33
TOURAINE DÉNONCE UN "CLIMAT CULPABILISATEUR" SUR L'IVG
TOURAINE DÉNONCE UN "CLIMAT CULPABILISATEUR" SUR L'IVG

PARIS (Reuters) - La ministre de la Santé Marisol Touraine a dénoncé mercredi "un climat culpabilisateur" autour de la question de l'avortement en France à la veille de l'examen d'un projet contesté de création d'un délit d'entrave numérique à l'interruption volontaire de grossesse (IVG).

Dans une lettre publiée lundi, le président de la conférence des évêques de France, Mgr Georges Pontier, a appelé François Hollande à ne pas laisser cette mesure "arriver à son terme".

Porté par la ministre des Familles Laurence Rossignol, l'amendement, qui doit être débattu jeudi à l'Assemblée nationale, vise à sanctionner les sites internet qui, "sous couvert d'une présentation neutre et objective, sont des paravents de groupes anti-IVG qui veulent dissuader les femmes qui souhaitent recourir à l’IVG", souligne-t-on au ministère.

"J'entends l'inquiétude, je veux y répondre de manière extrêmement calme", a dit Marisol Touraine sur France 2. "Le délit d'entrave ce n'est pas une question d'opinion, on a le droit en France d'être contre l'avortement et on a le droit de dire qu'on est contre l'avortement".

"Le délit d'entrave, c'est tromper volontairement intentionnellement des femmes en les amenant sur des sites dont elles pensent qu'ils vont leur donner l'information qu'elles attendent et en réalité se servir de ces sites pour les dissuader d'avorter", a-t-elle ajouté.

Ce sera aux juges de décider s'il y a volonté intentionnelle de tromper, a précisé la ministre de la Santé.

Pour le porte-parole de la conférence des évêques de France, les sites visés par le gouvernement "remplissent un rôle".

Ils donnent des "informations qui sont nécessaires et qui permettent à des femmes de se dire que l'unique possibilité n'est pas de tuer l'enfant qu'elles portent en elle", a souligné Mgr Olivier Ribadeau sur Europe 1.

Concernant le délit d'entrave, "il s'agit de savoir ce que c'est que cette entrave: est-ce que proposer une alternative à l'avortement est aujourd'hui possible ou pas? Est-ce qu'expliquer que des aides sont possibles si elles gardent leurs enfants, (...) c'est possible aujourd'hui?", ajoute-t-il.

"OFFENSIVES"

Plus de quarante ans après la loi Veil de 1975 dépénalisant l'IVG, la question de l'avortement continue de susciter des débats en France.

La suppression du délai de réflexion obligatoire entre la première et la deuxième visite médicale pour une IVG, contenue dans le projet de loi Santé adoptée en décembre dernier, a suscité une levée de boucliers d'une partie de la droite.

La question de l'avortement s'est également invitée dans la campagne de la primaire de la droite et du centre, Alain Juppé ayant notamment demandé à François Fillon de clarifier sa position sur l'IVG.

"Je m'interroge sur le fait qu'on assiste depuis quelques années régulièrement à des offensives contre l'interruption volontaire de grossesse", a dit Marisol Touraine mercredi. "Il y a un climat culturel qui pèse et qui tend à culpabiliser les femmes qui s'interrogent sur l'avortement."

Selon une étude de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) publiée en juin, le nombre d'IVG a diminué de 3,9% en 2015 pour atteindre 218.100 en France.

(Marine Pennetier, édité par Henri-Pierre André)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sibile il y a 12 mois

    "si on se réfère réellement à la loi celui ci devrait etre l'exception" ==> absolument pas ! les femmes ont conquis de haute lutte le droit de décider librement si elles veulent poursuivre ou interrompre une grossesse, elles n'ont pas à donner de raison ni à se justifier d'aucune manière

  • sibile il y a 12 mois

    si on ne rembourse pas les IVG, on ne voit vraiment pas pourquoi il faudrait rembourser les cancers des fumeurs ; personne ne les a obligés à fumer

  • UBOAT il y a 12 mois

    Encore une que personne ne regrettera !

  • M3435004 il y a 12 mois

    Terminus ! Tout le monde descend ! La comédie est terminée. Faut arrêter d'agiter des chiffons pour essayer de faire croire qu'on sert à quelque chose d'autre que de distribuer de l'argent qu'on a pas.

  • M7097610 il y a 12 mois

    exactement. Ses parents auraient du tester.

  • caogan77 il y a 12 mois

    moi je suis d'accord avec elle pour une fois, pourquoi culpabiliser ? moi je ferais même une promotion, un peu ciblée vers les milieux gauchisante ;)

  • M7163258 il y a 12 mois

    Ils ont inventé le fascisme et l'extrême droite Française , maintenant il invente un "climat culpabilisateur" En fait il leur faut toujours, pour rester dans leur posture de gauche humaniste, ouverte, créer un ennemi qui n'existe pas..

  • brugere4 il y a 12 mois

    de plus il y a la "pilule du lendemain "en vente libre et gratuite alors arretez de nous casser les pieds Mme la ministre votre attitude n'est que de la provocation et le signe que vous n'avez pas grand chose à dire sur les vrais problèmes de santé qui concernent les Français

  • floalain il y a 12 mois

    Avec la pillule, sauf cas vraiment particulier, l'IVG devrait être marginal en France. C'est cependant le premier moyen de contraception pour celles qui ont oublié.....

  • rillouto il y a 12 mois

    "Après la publicité pour l'homosexualité, cette ministre va-t-elle faire maintenant la publicité pour l'IVG " >> y a des pays pour vous si vous voulez encore vivre au moyen age,l'arabie saoudite par exemple ,il adore les gens comme vous .....