Toulouse : Marion, 27 ans, licenciée à cause de son prénom

le
1
Marion, licenciée par une PME toulousaine, ne cache pas son amertume : « Soit le patron prend ses clients pour des abrutis, soit c?est un prétexte parce qu?il n?a jamais envisagé de me proposer un contrat. »
Marion, licenciée par une PME toulousaine, ne cache pas son amertume : « Soit le patron prend ses clients pour des abrutis, soit c?est un prétexte parce qu?il n?a jamais envisagé de me proposer un contrat. »

Marion, une jeune Toulousaine de 27 ans, pensait que le plus dur était fait. Après trois semaines d'intérim, elle venait de trouver une formation d'assistante commerciale dans la même entreprise. Sauf que rapidement, le patron a décidé de la licencier... À cause de son prénom.

Comme le raconte La Dépêche du Midi

, Marion avait trouvé cette offre d'emploi via Pôle emploi. Après avoir débuté au mois de mars comme intérimaire dans cette PME spécialisée dans la fabrication de sets de soins (compresses, seringues), elle poursuit au sein de l'entreprise grâce à une action de formation préalable à l'emploi. Sauf que c'est à ce moment que son patron lui demande de changer de prénom.

La direction assume

« Il voulait que je change mon prénom en Marie parce que des clients pourraient me confondre avec une autre Marion, qui travaille dans le même service », raconte la jeune femme à La

Dépêche du Midi. Elle reçoit un mail lui intimant de trouver un nom d'emprunt, puis est convoquée à un entretien. Soit Marion changeait de prénom ? on lui a proposé Marie ? soit elle était mise à la porte. La Toulousaine quitte l'entreprise. La direction, elle, assume.

Le patron de la PME a même tenu à réagir dans les colonnes du quotidien régional : « Changer de prénom, c'est une pratique courante dans...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1903733 il y a 8 mois

    Tiens, tiens , je pensait à quelqu'un d'autre.