Tollé contre de nouveaux permis pétroliers avant la COP21

le
2
DE NOUVEAUX PERMIS PÉTROLIERS SUSCITENT UN TOLLÉ
DE NOUVEAUX PERMIS PÉTROLIERS SUSCITENT UN TOLLÉ

PARIS (Reuters) - Une vingtaine d'associations de défense de l'environnement et de collectifs appellent le gouvernement à annuler les autorisations de forages d'hydrocarbures accordées à quelques semaines de l'ouverture de la COP21 à Paris.

Ces autorisations publiées au Journal officiel concernent trois permis exclusifs de recherches d’hydrocarbures liquides ou gazeux conventionnels et en prolongent deux autres."Que valent donc les promesses de François Hollande et des négociateurs d'obtenir un accord historique" à la conférence mondiale sur le climat si c'est pour entretenir cette fuite en avant extractiviste ?", écrivent les associations.

Interrogée par Le Monde, daté de samedi, la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal relativise l'impact de ces autorisations, soulignant que les permis délivrés concernent "des zones où il y a déjà des forages".

Elle ajoute que, dans le même temps, "quatre autres permis ont été refusés", ce qui constituerait une première."Sous réserve d'un inventaire complet, je pense que ce sont les derniers permis qui seront accordés", dit-elle.

Pour les associations, cette décision n'en est pas moins "en contradiction avec les recommandations des scientifiques qui ont clairement établi qu'il fallait geler 80% des réserves actuelles prouvées d'hydrocarbures, pour avoir une chance raisonnable de ne pas dépasser les 2°C de réchauffement climatique d'ici la fin du siècle".

"En délivrant ces nouveaux permis, le gouvernement fait donc le contraire de ce qui est nécessaire", ajoutent-elles dans un communiqué commun.

Le texte est signé notamment par Agir pour l'environnement, les Amis de la Terre, Attac, la Confédération paysanne, et le Réseau Action-Climat.

Les trois nouveaux permis de recherche d'hydrocarbures liquides ou gazeux accordés le 21 septembre sont ceux de Champfolie (Seine-et-Marne), Herbsheim (Bas-Rhin) et Estheria (Marne), selon les associations.

Le gouvernement a décidé d'en prolonger deux autres jusqu'à fin 2018 : Bleue Lorraine en Moselle et Juan de Nova dans les terres australes et antarctiques françaises.

(Gérard Bon, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 le vendredi 2 oct 2015 à 17:19

    Le COP21 sera un tollé d'une autre ampleur, à quoi bon le maintenir?

  • M3182284 le vendredi 2 oct 2015 à 15:21

    Le tollé c'est quoi? Trois verts et deux rouges représentant 4% des voix?