Tinder, Meetic... : les histoires d'amour virtuelles finissent mal en général

le
0
Selon une étude, 17 % des 18-65 ans se seraient déjà inscrits sur un site de rencontres en 2013.
Selon une étude, 17 % des 18-65 ans se seraient déjà inscrits sur un site de rencontres en 2013.

Qui est l'utilisateur de Tinder ? Le fanatique de Meetic ? Ou encore l'accro à eDarling ? L'enquête Epic de l'Institut national des études démographiques a dressé un tableau d'usage des sites de rencontres en France. Apparues aux États-Unis au milieu des années 1990, les plateformes spécialisées dans la mise en relation de partenaires amoureux et sexuels se sont largement diffusées depuis. On compte aujourd'hui plus de cent sites différents dans l'Hexagone, et ce chiffre ne cesse d'augmenter. Ils portent des noms comme Meetic, eDarling, Parship, ou encore Attractive World et 17 % des 18-65 ans s'y seraient déjà inscrits en 2013.

Alors, quel est le portait-robot de celui qui cherche l'amour derrière son écran ? Selon l'étude, il est avant tout un homme âgé de vingt à trente ans qui n'hésite pas à payer pour accéder aux annonces. L'utilisateur est cadre ou issu des professions intermédiaires (32,6 %) et vit en général dans une grande ville (bien que les sites aient tendance à s'étendre). Enfin, seulement 51 % de ces usagers n'ont pas de difficultés à parler de leur inscription à leur entourage, quand l'autre moitié anticipe des préjugés à son égard.

Un taux très faible de relations stables

Bien qu'utilisées par le plus grand nombre, les rencontres sur Internet conduisent rarement à une relation stable. Seulement 9 % des personnes ayant rencontré leur partenaire entre...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant