Tianjin : un coup de semonce pour le "modèle chinois"

le
0
L'armée patrouille dans un quartier résidentiel de Tianjin affecté par les explosions de mercredi dernier. 
L'armée patrouille dans un quartier résidentiel de Tianjin affecté par les explosions de mercredi dernier. 

La presse française revient ce lundi sur la catastrophe de Tianjin en Chine. Les explosions qui ont fait au moins 112 victimes sont qualifiées d'« AZF à la puissance 10 ». Les éditorialistes y voient une illustration des « tares » du modèle chinois. « Sécurité aléatoire, non-respect des normes, corruption à tous les nivaux, absence de transparence, goût du secret, dissimulation : tous les défauts et toutes les tares du « modèle chinois » ont, si l'on ose dire, explosé à la face du monde », s'indigne Pierre Frehel dans le Républicain lorrain. Une catastrophe qu'il rapproche de l'explosion de Tchernobyl, qui en 86 se révéla être le « premier signe avant-coureur de l'effondrement du régime soviétique. Gardons-nous d'en tirer des conclusions hâtives. Il n'en demeure pas moins que la colère populaire gronde et que le président Xi Jinping ne pourra se contenter de continuer à ne s'en prendre qu'aux patrons corrompus et à pourchasser les dissidents pour camoufler les multiples défaillances du système chinois lui-même », juge l'éditorialiste.

« Par son ampleur, cet « AZF » à la puissance 10 met à nu l'absence de culture de sécurité dans un pays où le risque industriel est partout », analyse Christophe Lucet dans Sud-Ouest. Il ajoute que « le problème de la Chine n'est pas le manque de législation sur le risque industriel. Il est le mélange de laxisme et de corruption qui empêche toute...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant